Jun
28
DOSSIER FAILLITES : LA DISPARITION DE L’ACTIONNAIRE CHINOIS DE L’AEROPORT DE TOULOUSE BLAGNAC

 

On nous avait annoncé,  en grandes pompes,  voici quelques mois qu’un important actionnaire chinois allait entrer au capital de l’aéroport de TOULOUSE-BLAGNAC. Ainsi privatisé à coup de milliards d’euros.

Las, voici que « Le Monde » nous annonce que le quidam, du nom de Mike POON a disparu depuis un mois et demi,  qu’on commence sérieusement à douter  de sa surface financière et peut être de son sérieux.

Ceci  me rappelle une histoire d’il y a plus de 20 ans, au temps de l’ordonnance sur la suspension provisoire des poursuites (S.P.P.), avant les changements de droit commercial qui ont suivi et finalement la loi de sauvegarde.

J’avais à l’époque une cliente importante,  qui faisait dans la chaudronnerie industrielle, l’entretien d’usines et spécialement des raffineries de pétrole de la zone de LAVERA – BERRE – FOS SUR MER.

Elle avait connu des difficultés dues à sa filiale de SAINT NAZAIRE qui,  elle,  faisait dans ce qui restait à l’époque de la construction navale de masse. Elle  avait des centaines d’ouvriers.

Elle avait dû passer en S.P.P., sous le contrôle du regretté Pierre DUBITON, désigné par le Tribunal de commerce. 

Son dirigeant avait cherché et finalement trouvé,  mais  avec difficulté,  un repreneur en la personne d’un Parisien,  dont j’ai oublié nom, présentant toutes les garanties financières apparentes. La suite est je vous assure AUTHENTIQUE.

Réunion chez l’administrateur judiciaire, qui était à l’époque Claude FERAUD-PRAX, à AIX EN PROVENCE. Légitimement prudent, qui nous reçoit, le client, l’acheteur et moi, et demande bien sur des garanties à l’acheteur. Lequel lui déclare comprendre,  et lui offrir mieux que tout,  son expérience professionnelle : il avait en effet repris avec succès deux ans plus tôt une entreprise industrielle du même genre en difficulté, dans l’est de la France. Il citait comme référence l’administrateur judiciaire avec qui il avait par ailleurs  traité, comme témoin de sérieux et de moralité.

C’était quitte ou double. D’autant plus quitte ou double que FERAUD-PRAX, on l’a alors découvert par hasard, connaissait son confrère pour l’avoir rencontré en réunions professionnelles. Et donc de proposer d’appeler en direct le confrère de l’est au téléphone.

Nous serions les fesses. Qu’allait donc dire l’administrateur de l’est de la France ?

En direct devant nous ceci. « Je ne connaissais pas alors M. UNTEL. J’ai traité avec lui, un peu hésitant. Je ne le regrette pas. Tous ses engagements ont été tenus. C’est un gars sérieux. Vous pouvez  y aller. »

Ouf… FERAUD-PRAX à KUCHUKIAN : c’est bon, tenez informé substitut financier qui suit cette affaire, M. ZANOTTO, [qui a fait dans l’intervalle une carrière exceptionnelle (il doit être à la Cour de cassation maintenant)].  

Feu vert de ce dernier.  Et préparez les actes que je signerai. On y va.

Et alors, désastre, l’acheteur disparait.

Il ne vient  à  aucune de mes convocations. Il ne répond plus au téléphone. Disparu, désintégré. Incroyable.

J’informe. Le procureur m’appelle, je lui explique, je vais le voir.

Il est abasourdi, comme nous tous.

Et alors il cherche.

Il  finit par nous apprendre au téléphone une semaine plus tard qu’il a retrouvé l’acheteur.

Détenu à la Maison d’arrêt de la santé pour … proxénétisme hôtelier. Il parait qu’il  recyclait ses recettes du secteur dans … l’industrie en difficulté.

Maintenant, je me dis   qu’il y a de ces coïncidences dans la vie.

Voici, l’affaire  d’ici, c’est celle de l’aéroport de  TOULOUSE.

Or, celui  qui  finalement sauva la S.S.P. était  un autre, un vrai industriel… toulousain tout ce qu’il y avait de plus sérieux, aujourd’hui décédé.

C’était  Lilian BUZZICHELLI, dont l’entreprise a réalisé des travaux de levage exceptionnels, dont celui du pont de CARONTE, sur l’étang faisant la liaison entre l’étang de BERRE et la mer.

Mémoire, mémoire, je vous raconterai prochainement comment, devenu l’avocat de cet industriel, j’avais sauvé une autre  reprise en disant la traduction en français de mon nom de famille.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA