May
31
DOSSIER FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE : BON AVEC LE RECUL CA SERT A QUOI ?

Pardon, ça a servi à quoi ? Ces 20 heures obligatoires en salles de classe dans lesquelles il est surtout interdit de lever le doigt et d'intervenir. Comme ces messes de paroisses fauchées, où l'on prie faute de pouvoir se révolter ou simplement exprimer que tout va mal et de de sire enfin qu'on arrangera rien en se morfondant et en accusant son ignorance, face à des professeurs Nimbus venus là étaler leur science juridique à trois sous.

A part former des formateurs réunis en congrès. Ou en assemblées. Un peu comme le gala des organisateurs de galas.

Le niveau moyen des avocats s'est-il élevé ? Des choses sensationnelles sont-elles apparues au point que les magistrats soient désormais abasourdis par la taille et l'importance des interventions des avocats nouveaux formés continuellement ?

Franchement, moi qui vois la chose d'assez haut, non. Alors, on supprime et on passe à autre chose.

Commentaires

Cette histoire de formation a surtout fait les beaux jours d'officines diverses et variées ainsi que de structures d'édition qui ont ainsi développé leur marché !

Une fusée à plusieurs étages. Bien sûr il s'agissait de creer de toutes pièces un marché destiné à gaver des officines qui ne seraient pas ingrates à l'égard des partis politiques.

Il s'agissait aussi de permettre le recyclage d'avocats en mal de reconnaissance.

Et aussi sûrement de restaurer une forme de corporatisme. On se retrouve en réunions, on se rassure, on se renarcissise.

Et en même temps on fait le tri par l'argent; tout le monde n'a pas les moyens de s'offrir des journées à 600 euros. On ne mélange donc pas les torchons et les serviettes, les affairistes et les grouillots de gendarmeries.

Personne n'a jamais songé à valoriser la fonction. dans le cas contraire, on aurait imposé un débat sur l'éthique. Et ça, je n'en ai jamais vu.

Un débat sur quoi ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA