Apr
19
DOSSIER GARDE A VUE (ET AUTRES) : ESSAI DE CLARIFICATION FINANCIERE

L'entrée nouvelle de l'avocat dès le départ de la garde à vue pose évidemment la question de la légitime rémunération. Heureusement, le temps n'est plus de ma jeunesse où on considérait tranquillement que l'avocat stagiaire travaillait gratuitement au bénéfice de l'assistance judiciaire (gratuite ajoutaient ses bénéficiaires, des fois qu'on n'aurait pas bien compris).

Depuis 40 ans, l'Etat (c'est-à-dire nos impôts) a progressivement libéré des fonds pour aider la profession.

Evidemment, tout le monde vous dira que c'est chichement. Sans doute. C'est sur que si on compare ce que l'Etat donne pour financer la défense, celle pénale comprise, par rapport au budget général de la sécurité sociale, l'écart est celui entre une puce d'eau et un mammouth.

Evidemment, on entend désormais parler de cette question, qui n'a rien d'anodin.

Déjà on communique des chiffres et réclamations, sans se poser d'ailleurs la question de la légitimité du tout.

Dans ce débat, il serait bien que tous les chiffres soient bien clairement connus de tous.

Parce que l'Etat ne finance pas que cela.

Il paie rubis sur l'ongle au prix fort les experts judiciaires, dont tout le monde sait parfaitement qu'ils sont déraisonnables. Mais obligatoires et intouchables.

On ne sait malheureusement pas que l'Etat paie également aux mandataires judiciaires un forfait non négligeable dans les procédures collectives impécunieuses, ce qui est parfaitement légitime, et les empêche de travailler souvent à perte, mais doit être dit et chiffré.

Et le même Etat paie aussi les professionnels obligatoires dans les procédures collectives impécunieuses par exemple les avoués et les huissiers. Non, pas les avocats, puisque nous ne servons à rien, c'est bien connu.

Et puis l'Etat paie enfin les greffiers en chef des tribunaux de commerce (c'est encore moins connu) pour les mêmes procédures collectives. Là, quand on parvient à savoir ce que gagnent ces monopoles, c'est certainement moins admissible.

Bref, c'est quand qu'on mettra tous chiffres sur table pour un véritable débat, qui n'ait rien à voir avec les grèves bidon qu'on nous promet, parce qu'il faut faire électoral ?.

Commentaires

avons travaillé gratuitement dans le cadre d'une défense pénale puisque tel était le système à l'époque !

Néanmoins, je pense que vous considérez qu'il est normal que l'avocat soit rémunéré pour le travail qu'il fait.

La dotation publique alimentée par nos impôts doit certes pouvoir être mesurée avec précision.

Je crois qu'il est donc nécessaire que tous les chiffres soient mis sur la table comme vous le préconisez.

Il n'y a de débat sérieux que préparé et éclairé !

Je ne critique pas le système, je veux qu'il ne soit pas opaque.

Voilà le débat.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA