Jan
19
DOSSIER IDENTITE NATIONALE : « MORT AUX MONUMENTS AUX MORTS »

« Le Monde » d' il y a quelques jours à peine rapportait intégralement le long billet d'un journaliste espagnol dans son journal (il me semble que c'était « El Pais »). Regard neutre s'il en est, puisque l'Espagne n'a pas pris part au premier grand conflit mondial du XXème siècle dont nous célébrons en cette année 2014 le (triste) centenaire du déclanchement.

Le journaliste en question a voyagé récemment en Turquie, et il est allé dans la presqu'ile de GALLIPOLI, où moi je ne me suis pas arrêté lors d'un récent voyage, parce que mon épouse, qui la connaît déjà, elle, me l'a résumée comme un vaste cimetière.

GALLIPOLI, c'est en effet la bataille des Dardanelles, commencée en 1914, terminée par une débâcle en 1915. L'état -major britannique voulait y barrer l'accès de la mer de Marmara, qui précède CONSTANTINOPLE et ainsi l'accès à la Mer noire. C'était une phase du conflit contre l'Allemagne et l'empire ottoman son allié.

La déconfiture, le désastre furent totaux : 50.000 morts coté français, essentiellement des coloniaux, 200.000 coté anglais dont une majorité des colonies, sans compter 260.000 coté ottoman, y compris des Bosniaques, et autres. 510.000 morts en tout. Une répétition générale de VERDUN : 976.000 morts.

Le futur ATATURK, alors lieutenant Mustapha KEMAL, s'y fera remarquer alors comme un authentique chef militaire.

Plus tard, devenu le chef de la Turquie moderne, et ayant pris de la distance, de l'expérience et de l'âge, il a écrit en 1932 pour célébrer ensemble tous les morts, sans exception, de GALLIPOLI tous enterrés sur place, écrire qu'ils reposent tous en terre amie.

Et surtout dire qu' un monde nouveau était alors né.

J'en suis désolé pour les célébrants des monuments aux morts de toute nature, et surtout des malheureuses et inutiles victimes, dont les noms les recouvrent, sans compter tous ceux qui n'y ont pas eu droit, je pense aux coloniaux.

Comme j'en suis désolé pour les cimetières militaires trop nombreux qui partout dans l'Europe, un peu l'Asie, voire l'Afrique.

Oui, un monde nouveau est né, il avait raison bien KEMAL.

Sauf que nouveau ne veut surtout pas dire meilleur.

Car le monde nouveau, qui est né à partir de 1914, a été celui du déclin de l'Occident par le déchirement imbécile, cruel et inutile de ses enfants.

Sans arrêt, je me dis alors que tout est dans la magistrale thèse de doctorat d'histoire de l'Anglais Arnold TOYNBEE [1889-1975] publiée en 1934 (1) sur la fin des civilisations, et le ressort qui en permet la renaissance: on ne l'a compris en Europe qu'après le second conflit mondial. C'était peut être trop tard.

Alors si on pouvait éviter cette année 2014 de se flatter de ces boucheries européennes, ce serait bien.

_____________________________________

(1) TOYNBEE savait bien de quoi il parlait. En effet, jeune universitaire, doctorant en histoire, les hasards de la vie et de la guerre l'avaient placé à 25 ans comme premier secrétaire de l'ambassadeur britannique à CONSTANTINOPLE auprès de la Sublime Porte. Il a été du coup le premier à écrire un ouvrage de témoignages recueillis, d'enquête et d'analyse sur le génocide arménien de 1915 qui non seulement fait référence, et autorité absolue, mais encore confond les Turcs.

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Nous pourrions nous dispenser de commémoration des boucheries européennes et extra européennes, du racisme et de la barbarie. Nous avons mieux à faire.

"Alors si on pouvait éviter cette année 2014 de se flatter de ces boucheries européennes, ce serait bien. "

Mais j'aime bien quand même les Monuments aux Morts...

décrite par certains historiens comme une réaction à un phénomène insurectionnel héritier de la Commune de Paris. Les grèves et révoltes ouvrières sont observées dans une grande partie de l'Europe. Et des Etats Unis (voir Howard Zinn). Elles auraient pu en se developpant donner lieu à des situations insurectionnelles. Il est remarquable que peu de chroniqueurs abordent la question du soutien militaire (de courte durée et aux piètres résultats) apporté par les Français aux Russes blancs. En ce sens, la "Grande" guerre a des relents de guerre civile.

Loin d'etre évident... Les révoltes en France au début du XXème ? En Allemagne, elles auront lieu après la guerre plutot ...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA