Oct
13
DOSSIER IDENTITE NATIONALE : LA CONDAMNATION DE LA CIRCONCISION

Le Conseil de l'Europe, est actuellement placé sous le présidence de la sympathique République d'Arménie, avec son président, Monsieur Tigran SARKISSIAN.

Son assemblée parlementaire a adopté le 1er octobre 2013 une résolution n°1952 sur "le droit des enfants à l'intégrité physique."

Celle-ci condamne fermement la pratique de la circoncision.

Aie. Si le sujet n'était pas aussi grave, j'écrirais (seuls certains pourront me comprendre) Hay.

----------------

P.S.

Afin que les choses soient bien claires, je rappelle que l'Azerbaidjan (bien entendu, sans la République auto proclamée du Haut-Karabah) , ainsi que la Turquie, ont une population pratiquement toute de confession musulmane. C'est le cas aussi mais à plus ou moins de nuances, très majoritaires ou très minoritaires, dans l'ordre alphabétique, pour l'Albanie, l'Allemagne, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la France, la Russie (dans le Caucase), et la Serbie avec son Kosovo, qui ont aussi une population musulmane.

Et j'indique enfin qu'Israel est un Etat observateur du Conseil de l'Europe.

Commentaires

Je rappelle que je supprime systématiquement les commentaires anonymes inconnus.

J'ai déjà commencé.

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

La religion est incompatible avec les Droits de l'Homme et la démocratie. Chaque religion divise l'humanité en deux(1).

Il y a la bonne humanité, celle de la vraie foi, et l'humanité inférieure: l'ensemble des infidèles et des mécréants!

Lorsqu'une société est régie par une religion, seuls ses croyants sont citoyens de plein droit. Les membres des autres communautés religieuses, ainsi que les athées, faute de pouvoir les exterminer sont tolérés avec un statut inférieur. Ils n'ont pas accès aux charge publiques, leur témoignage en justice est irrecevable, ou de valeur moindre(2).

Ce type de prescriptions contrevient à l'article 1er de la Déclaration des droits de l'homme et du Citoyen.

En amour, vous n'avez pas la liberté d'aimer qui vous voulez. L'acte sexuel n'est licite que si l'union des protagonistes découle d'un mariage préalable.

Seuls les coreligionnaires ont le jus conubii.

Les religions ignorent l'égalité des sexes. Elles sont toutes misogynes(3).

L'article 10 de la Déclaration susvisée expose:"Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi".

Les actes qu'accomplit personnellement le croyant en vertu de son opinion religieuse, n'intéressent pas l'ordre public, dès lors qu'il n'impose rien à autrui.

Récemment le Tribunal de Cologne en Allemagne a jugé que la pratique de la circoncision sur des enfants, incapables en raison de leur âge de donner leur consentement à l'opération chirurgicale, est une atteinte à leur intégrité physique. Le juge estimant que l'enfant est apte à donner son consentement à quatorze ans, âge de la majorité religieuse(4).

Cette jurisprudence a déclenché un ras de marée au sein de la communauté mosaïque, hurlant contre le retour de la judéophobie hitlérienne! Il y a eu aussi en moins virulent, des protestations de la part de la communauté mahométane.

En Europe, ce ne sont pas les religions qui font la loi. La circoncision, hors le cas de phimosis, est un acte inutile. C'est un acte de violence étranger à l'intérêt de l'enfant, qui de surcroît affecte son intégrité corporelle.

Il est du devoir de la société de protéger ses enfants contre les actes de violence physique ou mentale par eux subis, du chef de leurs parents ou des personnes auxquelles ils furent confiés.

L'invocation d'une religion ou d'une quelconque superstition ne saurait être exonératoire de la responsabilité pénale des auteurs de violence et de leurs complices.

Car la religion dans sa pratique ne doit à aucun titre contrevenir à l'ordre public établi par la loi.

Les peuples antiques pratiquaient le sacrifice des premiers-nés mâles de leur maison au Dieu tutélaire de celle-ci. Etaient sacrifiés au Dieu, le premier chevreau mâle, ou premier agneau mâle ainsi que le premier-né masculin. Il est historiquement avéré, que ce fut une pratique des peuples sémites.

A notre connaissance, curieusement rien n'est dit, sur ce sujet à propos des moeurs des Hébreux historiques.

Le mythe d'Abraham illustre la révolte contre la coutume du sacrifice du premier-né à Yahweh. A la lecture de la Bible, cette coutume n'existe pas, puisqu'elle dit qu'Abraham a agi sur ordre exprès de Yahweh.

Les Juifs soutiennent que l'enfant destiné à l'holocauste était Isaac( le second fils). Les Mahométans invoquent au contraire que le sacrifice portait sur le premier-né Ismaël.

L'ablation du prépuce de tous les mâles de la famille, s'est substituée au sacrifice du premier-né mâle. C'est l'ordre que reçut Abraham de son Dieu, lui enjoignant de circoncire jusques y compris les esclaves vivant sous son toit.

Les Carthaginois, peuple sémite, pratiquaient le sacrifice du premier- né mâle. Annibal qui était le premier-né a échappé au sacrifice, son père avait rusé avec les Dieux.

Chez d'autres sémites, les Arabes de l'ère antéislamique, neuf siècles plus tard siècles, un père de famille de la tribu des Koraichites, Abd-al-Muttalib, grand-père du Prophète Mahomet, avait fait un voeu, que s'il avait des fils d'en sacrifier un à Dieu(5) Il eut dix fils. Le dernier né était Abd Allah. Pour honorer sa promesse, il attendit qu'Abd Allah fût adolescent.

Le moment venu, Il expliqua à ses dix fils, qu'il avait fait voeu de sacrifier l'un d'entre eux. Chacun prit une flèche y grava son nom. Au tirage au sort advint le nom de Abd-Allah. Un membre influent de la tribu et les femmes de la maisonnée se liguèrent contre l'exécuteur divin, lui proposant d'offrir un sacrifice de substitution, de laisser la vie sauve au jouvenceau.

In fine, force nous est de conclure que la circoncision est bel et bien ontiquement un acte de violence, que la société se doit d'interdire au préjudice des enfants, que leur âge rend incapables d''acquiescer à cette opération chirurgicalement inutile.

(1) Chaque religion divise généralement l'humanité en deux : pour les Juifs : le peuple élu et le reste de l'humanité ;les Chrétiens : les fidèles et les infidèles ; les Mahométans : les musulmans littéralement les soumis (à Dieu), les gens du livre(Zoroastres, Juifs et Chrétiens) et, affublés du même mépris d'une profondeur abyssale, les polythéises et les athées Au lieu d'une division binaire de l'humanité, le mahométisme lui procède à une division trinitaire de celle-ci.

(2) Dans la France d'Ancien Régime et aussi aux temps modernes jusqu'en 1846, les Juifs ne prêtaient pas serment comme les autres régnicoles ou citoyens . Ils prêtaient le serment more judaïco par lequel ils avouaient leur dégradation morale. En droit musulman le témoignage d'un mahométan vaut le témoignage de deux femmes de cette religion. Il faut le témoignage de deux Juifs ou de deux Chrétiens pour valoir celui du bon croyant. Si vous êtes athée ou polythéiste , il est hors de question de recourir à votre témoignage. Autant aller s'adresser à un animal !

(3) Dans la Bible la femme qui venait d'accoucher étant impure ne pouvait pas aller au temple, il lui fallait attendre quarante jours si son nouveau-né était mâle, soixante dix jours s'il était féminin. Au passage, la chandeleur fut dans le calendrier de la poste appelé purification de la vierge, ensuite l'on écrit : présentation de la vierge au Seigneur. Que la question fut posée ainsi, cela nous indique clairement qu'aux tous premiers temps du christianisme, l'on ne croyait pas à la procréation virginale de Marie. Dans le judaïsme le mari est le chef de famille, lui seul peut mettre fin à l'union conjugale. Il adresse à son épouse une lettre de répudiation le get, sans laquelle l'ex-épouse divorcée selon les lois de la république ne peut se remarier religieusement à la synagogue. Le mari juif croyant fait la prière du matin, au terme de laquelle il loue Yaweh de ne pas l'avoir fait naître femme ! Si d'aventure la mahométane en carême a son cycle oestrale qui se rappelle à elle, elle doit cesser son jeûne sur le champ . Ce qui revient à afficher son état physiologique au vu et au su de toutes les personnes de son entourage. Ensuite, elle se doit dans un autre moment de l'année de jeûner pour un nombre de jours égal à celui qui fut inobservé. Il y a d'autres infériorités de la femme mahométane qu'il est superfétatoire de rappeler ici.

(4) L'Allemagne n'est pas un Etat laïc. La loi allemande fixe à quatorze ans l'âge où l'adolescent peut décider du choix de sa religion. L'adolescent à cet âge pourrait en particulier consentir à sa propre circoncision. Contrairement aux Juifs, pour les Mahométans, il n'y a pas d'âge pour fixer la circoncision. En général l'enfant est circoncis vers l'âge de cinq ou six ans, de manière à ce qu'il se rende compte de ce qui lui arrive. Etre circoncis n'est en rien une obligation pour un mahométan. Pas une seule sourate du Coran ne fait allusion à cette pratique antéislamique.

(5) A l'époque antéislamique les Arabes étaient majoritairement polythéistes, certains étaient chrétiens, d'autres juifs ; A Yathrib (Future Médine), il y avait trois tribus juives. Dans le sanctuaire de la Mecque, la Ka'bah, il y avait trois cent soixante divinités, parmi lesquelles Allah. Allah n'est pas le nom d'un dieu. Il signifie le Dieu. Comme les chrétiens ont repris le mot deus, pour qualifier de ce vocable leur Dieu unique. Les Arabes polythéistes choisissaient un dieu en particulier à qui il vouait un culte personnel . C'est l'hénothéisme. L'arrière arrère grand père du Prophète était Abdu Manaf, littéralement esclave de Manaf. Celle-ci était une déesse. Abd-al-Muttalib en appelant son fils Abd Allah exprimait sa fidélité au dieu sans nom de la Ka'bah, Allah à qui il voulait sacrifier son dernier-né, pour honorer son voeu .

Fête du sacrifice.

Le Docteur Lacan disait à ce sujet que la circoncision était destinée à retirer une partie féminine incongrue du sexe du garçon.

Point de vue que je ne m'approprie pas forcément.

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Le Docteur Lacan a dû reprendre à son compte, ce que disent les exciseurs pour justifier les mutilations du sexe féminin, au sujet de l'ablation clitoridienne. Le clitoris est sectionné parce qu'il est un vestige masculin incongru! C'est la raison déclarée.

Mais la raison réelle est autre. Le clitoris est le siège de la jouissance sexuelle féminine. L'ablation de cet organe prive la femme de plaisir érotique.

Ainsi les hommes contrôlent-ils la sexualité de ces femmes mutilées, dont ils n'ont plus à craindre ni l'infidélité, ni à redouter de ne pouvoir satisfaire leurs ardeurs en l'art du déduit.

Or, la circoncision n'affecte pas d'un iota la jouissance mâle. Elle n'est donc pas le symétrique de l'excision, qui elle, est à la fois mutilation corporelle et psychique.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA