Feb
16
DOSSIER IDENTITE NATIONALE : LES VELLEITES D'INDEPENDANCE REGIONALE ET L'UNION EUROPEENNE

On sait que les Ecossais et les Catalans veulent être indépendants, les premiers du Royaume uni, les seconds de l'Espagne. Sans doute en attendant d'autres.

Personne ne veut pour autant quitter l'Union européenne qui est, on va voir que c'est le comble, parfaitement adaptée à cette situation. Institutionnellement par les délégations de pouvoirs à la commission, et au parlement, économiquement, financièrement.

Voici, sans doute en invoquant les traités de Lisbonne et de Nice, que le président de la commission européenne vient essayer de dissuader les Ecossais, qui sont premiers à tirer.

Si on le comprend bien, et on le comprend bien, il dit aux dissidents qu'ils ne peuvent entrer dans le « club européen » que si les autres membres, soient les Etats dont ils veulent se séparer plus les autres, valident leur choix, unanimement.

Juridiquement, ça doit se discuter car il y a d'abord le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, et ensuite et surtout le fait que ces dissidents là sont déjà européens, donc démocratiquement membres de l'Union en question. Il n'y a alors que la forme de l'adhésion qui change, mais les citoyens sont les mêmes.

Parce que britannique, un écossais, parce qu'espagnol, un catalan sont déjà européens, même si les définitions du territoire de l'Espagne ou celle du Royaume-Uni viennent à changer.

J'en suis là de ma réflexion en pensant à ce qui serait arrivé en 1962 si l'Union européenne avait existé.

Heureusement, si j'ose dire, TOCQUEVILLE avait prévu le coup en écrivant dans les années 1840 que le jour, qu'il ne prévoyait surtout pas, où la France aurait quitté l'Algérie, elle aurait un grand destin européen.

Du coup, la réflexion ressurgit. Europe des Etats, Europe des nations, Europe de quoi au juste ?

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Si l'Union européenne avait existé en 1962, la France serait restée à la porte, faute de satisfaire aux principes démocratiques.

Elle eût dû alors soit accorder l'indépendance aux Algériens, soit instituer tous les Algériens, sans distinction d'origine et de religion, citoyens égaux en droit comme il fut fait en 1860 pour les Niçois et les Savoyards.

On a appliqué la première solution. Vous ne m'avez pas compris: en ce cas les Algériens nouveaux auraient pu demander à intégrer l'Union européenne...

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Le sens de la question n'avait pas échappé à notre sagacité.

Car si la République avait, par delà la force de ses armes, vaincu aussi politiquement les sécessionnistes algériens, l'Algérie fût demeurée une province Ultra marine et sa Métropole un Etat colonialiste! Aussi colonialistes et colonisés se fussent-ils trouvés non dans le club, mais à la porte!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA