Jul
17
DOSSIER IDENTITE NATONALE: NE ME PARLEZ PAS DE GRENOBLE

Deux versions, celle du regretté Fernand REYNAUD.

Connue, sur la prétention. Je rappelle qu'elle met en scène un taulard Marseillais bon teint qui va travailler à GRENOBLE, parce qu'il connait la taule, là où il a été compris la tole, en langage pointu.

Et puis celle des dernières heures: on y tire à vue dans les rues sur les gens, la police, le tramway comme au rodeo (sauf que le rodeo c'est dans la campagne américaine et que là bas, il n'y a pas de tramway). La presse nationale parle de guerrilla urbaine.

Ben, mon vieux, on en a de droles de façons à GRENOBLE, d'où nous viennent surtout vers MARSEILLE tant de vertueuses leçons de bienséance et de bonnes manières .

Si vous voyez un peu, et meme beaucoup, ce que je veux dire. Allez mettre un peu d'ordre chez vous ce qui vous obligera par commencer à revoir votre façon de penser. Je communiquerai mercredi le point de vue de la presse, la mienne comprise.

Commentaires

concernant Fernand REYNAUD : j'ai la mémoire qui flanche....

concernant notre sympathique confrère marseillais : ses billets antérieurs n'annonçaient pas un plongeon dans l'inénarrable "politiquement correct "

mais peut être n'ai je rien compris ?

Dommage pour Fernand Reynaud.

Je vais essayer de vous trouver l'histoire dans les archives. Et la passer en ligne.

Quant au reste, bien vu, je suis politiquement incorrect aux yeux de 80 % des Français et donc correct pour 20%. C'est ainsi, et je n'admets surtout pas qu'on le mettte en cause par des leçons de pseudo morale.

Que ses tenants aillents expliquer leur pseudo-morale au G.I.G.N. ce dimanche soir 18 juillet à Grenoble.

Réponse sur mon blog !

Nom: 
JRM
Site: 
http://

....ICI

J'étais sur de mon coup, mais je n'avais pas eu le temps et l'astuce de remettre la main dessus.

La suite sera nettement moins amusante.

On me cherche, on me trouve, et il ne faut pas longtemps me chercher.

Heureusement la police veille.

Un dangereux déliquant vient d'être interpellé à Grenoble.

C'est ICI.

Et les deux snipers (ici et ici) qui terrorisaient la ville sont sous les verrous.

Ce sont deux copains à qui vous savez.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA