Jun
09
DOSSIER JUSTICE : LA DERIVE DES CLERCS

Les puissants professionnels autour de la justice, enfin ceux que le pouvoir en place du moment permet (et je vous concède que le moment peut être long) ont la dérive des clercs. J'ai réglé hier le sort d'un ridicule confrère blanc bec, je m'attaque maintenant aux mandataires et administrateurs judiciaires.

Un administrateur judiciaire de Marseille, Maitre A., avec qui j'ai eu par le passé des mots et plus que des mots car il gérait sa mission cavalièrement en violation de la loi et en arrangements inadmissibles (il a d'ailleurs été déchargé de la mission), m'en veut comme je lui en veux aussi.

Je n'aime pas les blancs-becs. Le terme est d'ailleurs encore bien aimable pour lui.

Voici donc que ce qui devait arriver arrive.

Dans tel dossier, il est désigné et l'un de mes important clients fidèles (mais oui, je vous assure, il m'en reste) est intéressé par le rachat de telle entreprise. Je contacte donc l'administrateur pour l'informer et lui demander des informations.

On ne répond, mais pas lui, son secrétariat. Sans nom, impersonnellement.

Lui non, pour ce personnage trop important, pas de contact avec KUCHUKIAN.

Je vais donc devoir porter plainte contre lui entre les mains :

1°. Du président du Tribunal de commerce qui l'a désigné, en priant le ciel qu'ils ne soient pas tous les deux membres de la même loge maçonnique,

2°.Du procureur de la République, censé surveiller tout ce beau monde.

Ah oui, j'avais oublié le pourquoi. Le pourquoi est l'art. L.811-1 du Code de commerce qui dit à propos des administrateurs que « les taches que comporte l'exécution de leur mandat leur incombent personnellement ».

Pas à leurs secrétaires dont j'ignore d'ailleurs le nom.

Par ailleurs, Monsieur le bâtonnier en exercice de l'ordre des avocats au barreau de Marseille, puis-je ainsi contribuer à faire respecter notre profession ? A moins que votre souci d'avoir la paix du ciel à tout prix ne vous conduise encore une fois à baisser la tête.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA