Sep
15
DOSSIER LA CRISE CESSONS DE LISSER

En Grèce, où on nous dit qu'il avait bien fallu les arrêter pour éviter un apparent niveau dramatique de plus.

C'est que là-bas, il parait aussi que 8 ménages sur 10 sont propriétaires de leur logement, le plus souvent acheté à crédit. Or, c'est bien joli le social, mais les banques prêteuses aimeraient bien avoir leur argent pour payer leurs dettes. Les banques françaises, leurs associés et créanciers en savent quelque chose (voyez donc Groupama).

Alors il parait qu'avec le nouveau passage de la troïka européenne ces jours-ci à Athènes et ailleurs, on va débloquer les saisies immobilières locales.

Là, je mets un premier bémol, parce qu'en Grèce, moi j'y suis allé cet été : je n'ai pas eu du tout l'expression d'un pays en faillite et de misère dans les rues. Avis aux journalistes : bougez-vous un peu avant d'écrire.

Ensuite, cette information grecque nous interpelle sur la situation française.

On a en effet le sentiment ici que les banques lissent les recouvrements, comme elles lissaient trop souvent auparavant les provisions. J'adore d'ailleurs cette expression bancaire : « lisser ».

Lisser signifie en effet « camoufler ».

La vérité. Mentir quoi.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA