Sep
21
DOSSIER LA CRISE : ENCORE JACQUES ATTALI

Voici qu'après ses rapports dont personne n'a malheureusement tenu compte ou si peu, voici que Jacques ATTALI a écrit un nouveau rapport cette fois-ci sur la situation du monde dans 30 ans.

Il ne sera plus là. Moi non plus.

Il y préconise l'économie positive. Pour nos successeurs.

C'est long, compliqué, et pas très gai.

On sait ma sympathie fraternelle pour Monsieur ATTALI. Nous sommes en effet Algérois tous les deux.

Il m'a fallu attendre 19 ans et sciences po pour découvrir que je raisonnais comme un Saint-simonien. L'Algérie française, c'était en effet SAINT-SIMON, plus exactement ENFANTIN, son grand disciple. Il n'y a qu'une seule rue ENFANTIN en France, dans un coin du 20ème de PARIS. Et encore depuis une vingtaine d'année seulement. L'autre rue ENFANTIN était à ALGER... à deux pas de la bijouterie rue MICHELET du père de Jacques ATTALI.

Ils disaient quoi les Saint-simoniens ?

Qu'il fallait créer la richesse seulement par le travail et investir. Certainement pas dans l'immobilier. Mais dans ce qui permettait de produire d'autres richesses productrices elles-memes.

C'est un peu et même beaucoup ce que dit ATTALI : ainsi l'industrie, la développer, développer l'activité créatrice, pour que tous reçoivent la richesse et la répartissent ensuite.

On est loin de la société française actuelle de recherche forcenée de l'aide sociale pour l'aide sociale, sans exigence de contre partie. Et de a spéculation sèche.

A la fin de ce rapport, on en arrive à l'idée suivante.

Il faut supprimer le crédit immobilier. Complètement. Casser l'immobilier.

Et obliger le capital à s'investir en bourse, dans l'industrie et le commerce.

J'ai la conviction que quand il était petit, en passant rue ENFANTIN, Monsieur ATTALI est devenu Saint-simonien sans le savoir. Comme moi.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA