Nov
25
DOSSIER LA CRISE L’INDEPENDANCE DANS L’INTERDEPENDANCE

 

Réflexion d’un parlementaire extérieur aux agitations actuelles.

Il n’y a plus de pouvoir central en France. 

Parce que le président, dont on sait qu’il est  amoureux,  laisse faire, ou qu’il est dépassé, ou qu’il sent qu’il a perdu sa légitimité. Ou encore qu’il préfère le système des courants du parti socialiste. Ou finalement qu’il se marre bien de contempler tous ces imbéciles qui l’ont élu.

Alors, chaque ministre fait un peu comme il ressent.

Ainsi donc se crée une lutte de pouvoirs entre les ministères, ce qui explique par exemple l’apparente opposition entre la justice et l’économie.

Jusqu’au moment où quelqu’un de plus fort, mais alors pour le moment,  peut siffler la fin de la récréation. Par les temps actuels, c’est sûr que celui qui met en avant la question de l’argent qu’on n’a plus a tendance à se faire entendre davantage. Et encore, ce n’est pas absolu.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA