Jul
23
DOSSIER LA CRISE : UN MORCEAU DU DETAIL DES MESURES GRECQUES

 

On nous rebat les oreilles,  sans compter qu’on aspire nos portefeuilles,  avec la crise grecque.

Ces pauvres gens,  qui ne paient pas d’impôt foncier, presque rien, et ne rembourseront rien du tout de leurs dettes, sauf ce qu’on leur prêtera  pour faire ces remboursements, se décideraient enfin à  faire quelques  réformes chez eux.

Remarquez qu’on se garde bien  de nous dire quoi dans le détail.

C’est tout de même embêtant car on va encore leur filer 80 milliards d’euros.

Alors pour faire plaisir à la madame du barreau de PARIS qui prétend que mon blog n’est pas juridique, j’ai essayé de savoir ce qu’il y a dans les prochaines réformes grecques.

On annonce ainsi des mesures d’allégement du cout de la justice locale. Je n’ai pas le détail, mais je connais pour l’avoir souvent commenté (dans le désert de la blogosphère) le rapport du ZERP. Sur les couts des actes de mutation immobilière.

Le ZERP.,  (ce n’est pas une injure – j’écris cela à l’attention du surveillant de mon blog au conseil de l’ordre de MARSEILLE), le ZERP.

C’est l’institut d’études immobilières de l’université de BREME, qui a établi voici quelques années  un rapport accablant.

La Grèce est en tête des Etats les plus inutilement couteux en frais de mutation.

N’y aurait-il pas un sous-entendu ici ?

On imagine que les Allemands grands bailleurs de fonds aimeraient bien que le cout des actes des achats des immeubles qu’ils vont acquérir en Grèce, soit plus raisonnable.

Ah, le dessous des cartes …

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA