Jan
30
DOSSIER LIBERTE : FILS DE PUTE, ENCULE DE RACE

Sous-titre: poids et mesures

Il parait que le député socialiste Razzy HAMMADI a été malencontreusement filmé dans les rues de MONTREUIL alors qu'il assénait des coups de poing à un adversaire tout en l'apostrophant dans les termes suivants : « Fils de pute ! ... Enculé de ta race ! » et en formulant cette menace : « Je vais faire descendre toutes les cités de MONTREUIL ».

Interrogé le 19 janvier par BFMTV sur le comportement de cet honorable parlementaire, on dit que M. Claude BARTOLONE, président de l'assemblée nationale, a fustigé non pas ce comportement, mais les « salopards » qui, en diffusant la vidéo sur Internet, l'avaient porté à la connaissance du public en le détachant de son contexte, celui d'une agression dont, selon ses propres dires, M. HAMMADI aurait été victime.

On ne s'étonnera pas de trouver le mot « salopards » dans la bouche d'un président de l'assemblée nationale qui, le 12 février dernier, avait traité d' « abrutis » les députés centristes quittant l'hémicycle pour protester contre le refus du premier ministre de répondre lui-même à une question posée par leur chef de file : depuis que l'élection de mai 2012 a mis un terme à l'ère de la vulgarité sarkozyste, l'heure de la distinction socialiste a sonné et Jean-Luc MELENCHON, qui se flatte de parler « dru et cru », est manifestement devenu l'arbitre suprême de ses élégances.

Le jugement porté par M. BARTOLONE ne laisse pas cependant de susciter plusieurs interrogations. On s'étonnera tout d'abord que le quatrième personnage de l'État ne voit aucun inconvénient à ce qu'un représentant de la nation victime.

Pauvre de nous si le moindre sympathisant du Front national avait dit le dixième de cela...

Mots-clés: 

Commentaires

Si ce que vous relatez se révèle exact, c'est alors gravissime !

Nos représentants ne représentent plus que leur piètre figure et ce n'est assurément pas beau à voir !

L'honorable parlementaire s'est volontairement abstenu d'esquisser la moindre quenelle. Il n'a donc pas véritablement troublé l'ordre public, ses antagonistes n'ayant au surplus point revendiqué leur appartenance à une religion valant le respect de la République.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA