Apr
24
DOSSIER MARSEILLE : COMMENT DEVENIR L'AVOCAT D'UNE BANQUE

C'est très simple.

Imaginez quelqu'un de très proche de l' avocat, un élu, qui occupe une fonction officielle et présidentielle, sur une manifestation financée essentiellement par des fonds publics, dans laquelle la banque intervient comme partenaire parce que c'est bien pour sa publicité.

Et après, c'est tout simple pour l'avocat, il suffit d'avoir une boite aux lettres pour la réception des dossiers. Inutile d'avoir la moindre spécialisation, le moindre pédigrée, c'est finalement comme l'élection des juges consulaires. L'élection rend intelligent et surtout compétent.

Quant aux autres, qui rament à des spécialités, à travailler le droit bancaire, celui des affaires, qu'ils restent donc bien sagement chez eux. Qu'ils ferment également leurs gueules, sinon, bâtonnier, attention aux déontologues. Et je ne parle pas, c'est ailleurs, encore que je ne sais pas, de la façon dont on peut traiter les dossiers au tribunal de commerce local.

Ici, on a compris que je ne suis pas l'heureux avocat élu de la banque.

Par contre, je prétends avoir droit publiquement au chapitre.

Je suis en effet actionnaire, et donc comme tout le monde j'y ai perdu de l'argent, donc je suis actionnaire de la SOCIETE GENERALE. Laquelle possède 100 % du CREDIT DU NORD, lequel possède 100 % de la SOCIETE MARSEILLAISE DE CREDIT.

En qualité d'actionnaire, j'ai tout de même le droit d'avoir publiquement un point de vue sur les affaires que gère la société dont je possède une partie du capital même si elle est infime.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA