Jul
25
DOSSIER MARSEILLE : LE SEIZIEME DE MARSEILLE

Dans la préparation de ce bide inouï que sera « MARSEILLE 2013 CAPITALE EUROPEENNE DE LA CULTURE » (1), on va s'intéresser au XVIème de MARSEILLE.

Pas l'arrondissement, qui est parfaitement minable et n'a strictement rien à voir avec celui de PARIS, je vous le garantis.

Non plus que le XVIIème, qui n'existe pas ici, notre seul XVIIème étant la mairie, construite au XVIIème siècle sur les plans de Pierre PUGET, célèbre architecte local.

Le XVIème dont je parle, c'est justement le siècle.

Je lis quelque part sous la plume de Madame Sylvie CLAIR, conservateur en chef et responsable de nos archives, qu'on venait à cette époque à MARSEILLE, rattachée à la couronne de France seulement depuis 1481, pour faire fortune. Puis que fortune faite, on allait ailleurs, notamment à AIX EN PROVENCE.

Madame CLAIR (2) d'ajouter qu'il y avait peu de volonté de la part de ces familles nouvelles de devenir de grandes familles terrestres marseillaises.

Elle ajoute surtout que la ville, sans parlement ni université, n'a pas de tradition intellectuelle forte et qu'elle reste une ville de marchands.

De passage dans la ville, où elle venait visiter sa fille, épouse de Monsieur de GRIGNAN, surintendant de Provence, Madame de SEVIGNé, écrivait (3) certes un siècle plus tard, que MARSEILLE est plus belle que PARIS. Propos d'une maman, seulement, toute à la joie de retrouver son enfant.

Revenons à Madame CLAIR. Comme elle a bien raison. Parce qu'au XXIème siècle, les choses n'ont guère changé.

Sauf que le commerce est désormais en complet déclin, que l'orgueilleuse Chambre de commerce ne gère que du passé (4), et que le fier Tribunal de commerce compte ses dossiers perdus au profit d'ailleurs, ne gérant lui plus que des faillites. Ce qui ne l'empêche pas de jeter l'anathème sur ceux qui le constatent et qui osent lui en faire reproche.

Il faut lire une thèse de doctorat de sciences économiques, écrite dans les années 1975 sur le sujet par mon ami de lycée et de faculté François Marie JOURDAIN de MUIZON (5).

Il y disait que les Marseillais ne sont pas même des commerçants. Ils sont seulement des négociants.

La différence ajoutait-il étant que les commerçants prennent des risques, pas les négociants.

Et la différence avec LYON et ailleurs, était là.

___________________

(1) Le peuple marseillais, spécialement celui de son 5ème arrondissement de la ville a parfaitement compris la chose en infligeant une salle défaite voici peu à plate couture au député sortant Renaud MUSELIER, en charge de ce machin-là. Il a élu à sa place celle qui est désormais ministre des droits des femmes. J'ajoute qu'il y a peut être un message subliminal dans ce que j'écris là, mais seuls les privilégiés peuvent comprendre.

(2) Que je n'ai pas le plaisir de connaitre

(3) La Pléiade

(4) Exposition en cours sur trois célèbres armateurs locaux, dont PAQUET, un Normand. Sauf que la Chambre de commerce n'a jamais été foutue de créer un musée de la marine marchande et de conserver un seul navire marchand du temps du monopole du pavillon et des colonies.

(5) Thèse AIX bien entendu.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA