Jan
28
DOSSIER NAVISTA: LA GUERRE DU R.P.V.A.

Ceux qui suivent mes bulletins ont déjà constaté que j'emploie souvent des termes guerriers pour parler du R.P.V.A. Pour avoir suivi dès sa conception la révolte marseillaise contre le boitier Navista, je persiste et je signe.

Nous sommes bien en guerre sinon contre le CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX, du moins contre l'obscurantisme qu'il promène.

Alors, dans une guerre, on gagne ou on perd des batailles. A MARSEILLE, nous avons gagné jusqu'ici au moins trois batailles. Celle du prix, celle de la fiabilité technique, et celle du nomadisme.

Ce mot a été inventé à MARSEILLE avec notre révolte. Nous ne voulions pas être obligés d'être collés à tel ordinateur unique pour aller consulter. Une telle obligation pourtant conçue à l'origine avait quelque chose de médiéval, et de contraire au progrès informatique.

Nous avons démontré que c'était possible.

Voici maintenant qu'on fait circuler des bruits indiquant que le C.N.B. se mettrait aussi au nomadisme. Si c'est vrai bravo. C'est la preuve supplémentaire que nous avions raison. Mais nous avons et nous conservons de l'avance, et nous, c'est d'un cout zéro ou presque. Donc nous restons très en avance sur les trois thèmes.

Barreaux de France, venez donc avec nous.

Alors, voilà autre chose, on sort maintenant du chapeau l'argument que la Chancellerie se mêlerait de cette affaire (au profit du C.N.B.)

C'est un vieux truc d'avocat : faire peur à l'autre pour le rouler. Un truc de vieux bâtonniers dans de vieux conseils de l'ordre poussiéreux pour faire peur jeunes avocats débutants.

Dites, les copains, on n'a plus 20 ans. Alors vous les arrêtez vos conneries.

Si la chancellerie a quelque chose à nous dire, qu'elle vienne le faire. Nous l'attendons de pied ferme.

Maintenant, si elle se plaint ;et là elle aura raison- du peu d'entrain général pour s'accrocher à « e-barreau », nous lui répondrons ceci :

1. Elle a raison sur ce seul point

2. Et, justement, notre solution permet de régler les trois obstacles précités avec un cout dérisoire, qui ne « bloquera » plus personne.

3. Mais, elle a tort sur un autre point. L'informatique des tribunaux est TOTALEMENT OBSOLETE, et ceux qui y accèdent régulièrement, avec le peu que c'est possible par le R.P.V.A., s'en rendent bien compte. Ils restent sur leur faim, d'abord parce qu'on n'accède qu'à des rôles, qu'à des listes, et ensuite, quand ils vont plus loin et que les langues des délient aux greffes, on leur apprend que les logiciels ne sont pas mis à jour depuis des années. Et qu'ils ont été souvent conçus en dépit du bon sens.

4. Ils font quoi les techniciens à la Chancellerie au juste ?

Commentaires

Nom: 
JRM
Site: 
http://

BRAVO pour votre constance dans la "lutte contre le RPVA" et autres impertinences !

BRAVO au Barreau de Marseille !

Je refuse depuis plus d'un l'installation du boîtier à Bordeaux.

Conséquence:mon Bat m'écrit régulièrement pour m'expliquer que dans peu de temps je serai out of TGI !

Le reste du Barreau s'équipe dans un silence assourdissant...

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...des veaux ?

Quand ils auront fini de ruminer, ce sera trop taaaaaard !

Tiens, je parie que votre bâtonnier aura une rosette sous peu...

Ils ne savent pas lire à BORDEAUX ?

Nom: 
JRM
Site: 
http://

... ils portent tous un patronyme supplémentaire : ils s'appellent tous WICKERS.

C'est pour celà qu'ils l'ont eu à 25 € depuis longtemps, le boitier NAVISTA...

Si marseille n'avait pas tout déballé, on en aurait rien su.... sais-tu.

Mais on marchande bien à Bordeaux, mieux qu'en Orient.

Mais pour celà, faut être initié, comme à Delhi...!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA