Mar
04
DOSSIER NUMERIQUE : INDIGNEZ VOUS A LA FIN !

Comme il dit, l'autre.

C'est à se taper la tête contre les murs, à la fin.

Je réclame, nous réclamons, les avocats provinciaux et la province commence hors les 20 arrondissements de Paris, aux portes de Paris, de l'autre côté du périphérique urbain, je le rappelle, que notre communication avec la plate-forme e-barreau soit dispensée comme à Paris d'un boitier Navista, et puisse se faire avec une clé spéciale de partout dans le monde, très exactement comme le font les avocats parisiens.

J'ai agi, nous avons agi (là on était nettement moins nombreux) judiciairement sur tous les fronts. Nous avons démontré, rapport HATTAB à la clé, que ce qu'on nous imposait était techniquement une hérésie. D'autres ont apporté la preuve de ce que Navista n'était pas même pas sure.

J'ai agi personnellement et tout seul devant l'Autorité de la concurrence pour dénoncer cette rupture d'égalité et cette concurrence déloyale.

Face à, un obscurantisme aussi géant que médiéval, nous n'avons cessé de nous justifier et d'apporter les preuves de notre qualité, de notre intelligence, de notre technicité, de notre compétence.

Je ne sais plus quoi dire.

Je viens décrire cinq pages de juste colère le nouveau président du Conseil national des barreaux. J'ai alerté en même temps le président de la Conférence des bâtonniers, la bâtonnière de Paris, mon bâtonnier. Pas la moindre réaction, pas la moindre réponse.

Je sais que des centaines de lettres provinciales ont été adressées sur ce thème au nouvel élu. Réclamant la communication libre et nomade.

Face à cela, le mépris souverain. On s'en tape de la province de Marseille. En plus, pour moi, il est arménien. Ouaf, ouaf, peut-être. J'ai tout à fait conscience de la situation.

C.C.B. J'attendais au moins un coup de téléphone.

Dans le même temps, on découvre que même sans le boiter Navista, on peut accéder de tout point à des informations nouvelles par rapport à celles d'il y a quelques semaines. Par avocat-conseil.fr, on a désormais un tout petit plus d'information. On sait par exemple deux ou trois lignes du dispositif de la décision rendue (qu'on na pas en copie intégrale, il faut le boîtier pour cela). On sait qu'il y a injonction de clôture ou de communiquer dans telle affaire avec tels noms, tels numéros.

Le secret des avocats du greffe protégé comme la vertu des jeunes filles du temps jadis par le boiter Navista est ainsi effleuré : il a tout au plus l'efficacité d'une ceinture de chasteté dans un donjon. Et si on envoyait enfin cette ferraille dans les douves dont même les crapauds ne voudront pas.

Mais combien de temps encore faudra-t-il protester, expliquer, se bagarrer, contre un auditoire en béton. Mais enfin, même le béton du mur de BERLIN a fini par craquer un jour. C'est quand à la fin que les caciques du Conseil national des barreaux cesseront leur aveuglement absurde.

Je suis non seulement déçu de la nouvelle présidence, mais écoeuré, complètement écoeuré. Il n'existe pas de mot assez fort en français pour exprimer le dégoût de ces dirigeants-là.

Que personne n'essaie de calmer mon juste courroux. Il y en a assez.

Commentaires

En même temps, il n'y a pas que Marseille hein.

ILS "s'en tapent" aussi de la province de Bordeaux et je ne suis même pas Arménienne..;-)

On est déjà deux.

Encore quelques années lumière et on y parviendra.

La suite demain ou après demain. Ce sera musclé.

Je sais, la patience n'est pas ton fort.... Mais quand même ! Le CNB a besoin de nous.....

Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde :

On a souvent besoin d'un plus petit que soi.

De cette vérité deux Fables feront foi,

Tant la chose en preuves abonde.

Entre les pattes d'un Lion

Un Rat sortit de terre assez à l'étourdie.

Le Roi des animaux, en cette occasion,

Montra ce qu'il était, et lui donna la vie.

Ce bienfait ne fut pas perdu.

Quelqu'un aurait-il jamais cru

Qu'un Lion d'un Rat eût affaire ?

Cependant il advint qu'au sortir des forêts

Ce Lion fut pris dans des rets,

Dont ses rugissements ne le purent défaire.

Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents

Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage.

Patience et longueur de temps

Font plus que force ni que rage.

JDLF

Me voilà un rat maintenant...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA