Oct
24
DOSSIER NUMERIQUE : L'INFINI EST ATTEINT CE MATIN

Sous-titre, à ceux qui ont auraient en portefeuille boursier des valeurs papetières, surtout ne vendez pas.

Disposant de l'adresse courriel d'un tribunal des affaires de sécurité sociale, devant lequel est un contentieux compliqué d'accident du travail, avec des implications de procédure collective, j'ai ainsi communiqué avec lui pour une espèce de mise en état, la communication d'informations sur les organes de la procédure, etc.

Et puis, comme la date d'audience est proche, je lui ai adressé (ainsi qu'aux parties, soyez rassuré) par courriel le texte de mes conclusions. Elles sont assez techniques.

Voici la réponse grandiose que je reçois ce matin. In extenso. Je ne change pas un mot.

---------------------------------------------------------------------------------------

Maître,

Nous vous remercions de vos conclusions,

Les avez-vous également transmises par courrier postal ?

En effet, nous n'éditons (pour raison de restriction budgétaire des fournitures et étant donné le coût des cartouches d'impression) les mail que dans l'urgence ;

Cordiales salutations,

Le Secrétariat,

-----------------------------------------------------------------

Que voulez-vous ajouter ? Moi rien.

Commentaires

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Mais il n'y a pas besoin d'imprimer justement......!

Sauf que les Juges n'ont pas d'ordinateurs pour travailler directement sur le fichier.

C'est très grave qu'on en soit encore là.

Sauf erreur, c'est pareil dans les TGI et notamment le TGI de Marseille.

Le triple A va inéluctablement disparaitre : comment fairer des économies si le Ministère de la Justice imprime tous les mails reçus pour les glisser dans les chemises papier.

On vit dans un pays de Ouf !

Si vous souhaitez une réponse des greffes en général, désormais je vous conseille de leur adresser avec le document écrit bien entendu, sur lequel il vous faudra une réponse:

Un stylo bille rempli suffisamment d'encre de couleur,

Une ou deux feuilles de papier blanc

Une enveloppe libellée à vos nom et adresse, de taille suffisante et suffisamment affranchie.

Si vous pensez que le travail peut etre précédé d'une préparation, je vous conseille alors d'augmenter le nombre des feuilles, et d'ajouter un crayon mine suffisamment taillé, ainsi qu'une gomme.

Les utilisateurs courants, soient ceux qui ont souvent des contacts professionnels, pourraient ajouter un taille crayon.

En l'état actuel, il ne semble pas indispensable de produire un escargot de scotch, ni de colle. Peut etre cependant une agrafeuse et bien entendu des agrafes. Encore que ...

Enfin, je suggère que les stylo bille, crayon, gomme, taille crayon, escargot de scotch, colle, voire agrafeuse soient marqués du nom de l'avocat.

Chaque avocat pourrait alors demander une attestation, qu'il aurait d'ailleurs ainsi financée, correspondant à ce qu'il aurait fait économiser au budget du ministère de la justice, et pour quoi il recevrait un crédit d'impot sur le revenu.

L'enveloppe timbrée pour la réponse est une pratique déjà ancienne et qui va donc se généraliser.

Vous parlez des feuilles et des crayons ainsi que du scotch !

Mais avez-vous songé aux dépenses de fonctionnement qui risquent de ne plus être assurées faute de budget ?

On peut dès lors concevoir que tel ou tel tribunal, parvenu à tel ou tel mois de l'année, ne soit plus en mesure de fournir à ses magistrats et greffiers le chauffage, l'éclairage ou le téléphone.

Il faudra donc peut être prévoir des chauffages d'appoint et des bougies !

JRM, fin connaisseur de la dématérialisation, a parfaitement raison.

Je viens d'assister à Nantes à un atelier animé par notre Confrère BENSOUSSAN nous décrivant le monde dans lequel il était temps d'entrer et les informations que vous véhiculez nous ramènent au moyen-âge ou même à l'antiquité !

Oui, on a envie de dire et répéter : "Pauvre France !"

Il passe où le budget du ministère de la justice ?

Ils sont passés où les 110.000.000 € complémentaires pour l'informatique au budget de 2011 ?

Peut-etre au financement des experts en tout genre utlisés en matière pénale pour se faciliter le travail et aux écoutes téléphoniques idoines.

Là, ce n'est plus l'avocat qui parle mais le citoyen contribuable.

Les couloirs du Tribunal de grande instance de Marseille sont actuellement remplis de photocopieurs tous neufs et d'imprimantes pareil. On a donc de l'argent pour les acheter, mais pas pour mettre du papier dedans ?

Vous savez parfaitement qu'il n'y a strictement aucune logique dans les achats des administrations publiques !

Et oui, il est parfaitement possible même si c'est ubuesque que certains tribunaux soient dotés de machines sophistiquées et onéreuses et n'aient pas d'argent pour les charger en papier !

les photocopieurs sont à Marseille et les ramettes de papier à Beauvais...

Cela ne change pas beaucoup : en 1870, les canons étaient au front Est et les obus à Saint-Etienne. Peu de chance que l'obus rencontre son canon...

Ce machin a été lu un tas de fois, et personne, à part ma secrétaire, n'a posé la question de savoir ce que voulait dire: sauf "dans l'urgence". C'est pourtant dans le texte.

Quel est donc le critère qui fait qu'en temps non urgent, ordinaire quoi, on n'imprime pas les courriels, et qu'en cas d'urgence, on les imprime.

L'urgence ne peut etre ici synonyme d'opulence. Oui, en cas d'opulence, on a du papier et de l'encre, et donc on imprime. Ce n'est pas non plus l'importance.

L'urgence c'est donc autre chose.

Mais je réfléchis depuis ce matin (et vous avez vu que je ne suis pas tout seul), je ne sais toujours pas ce qu'est l'urgence dans l'impression éventuelle des messages.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA