Feb
10
DOSSIER NUMERIQUE : REFLEXIONS ACIDULEES SUR LE PORT DE LA ROBE ET L' INFORMATIQUE

C'est connu que l'avocat ne doit accomplir tous les actes de la vie professionnelle que revêtu de sa (belle) robe. Quand il s'adresse aux juges et aux greffiers en particulier.

Bien.

Lorsque l'avocat rédige et transmet par le R.P.V.A. des conclusions et des actes de procédure, il s'adresse bien en temps réel aux juges et aux greffiers. D'accord, il n'est pas devant eux. Sauf à Paris où c'est possible, ils n'ont pas de boitier Navista (1)

Même si c'est depuis son cabinet, l'avocat s'adresse ainsi aux juges et aux greffiers.

Doit revêtir sa robe ?

Je pose cette question aux déontologues si nombreux dans notre belle profession.

Ne riez pas, c'est sérieux. Ceci n'a rien à voir avec les téléconférences ou télé plaidoiries qui se font depuis une salle d'audience.

Non, quand on pourra se brancher des webcams, on fera comment ?

__________________

(1) Oui, je sais, je radote.

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

L'avocat doit croire qu'il est libre, quoique caporalisé.

Il faut qu'il persévère, sinon à penser du moins à croire, que ses caporaux sont les représentants de ses droits et libertés.

La ponérocratie ordinale comme la cléricature ne disparaît, que faute de croyants.

Pour conjurer sa propre disparition la kakistocratie se saisit de toute situation susceptible, de lui donner la faculté d'ouvrir une action disciplinaire contre ses sujets subjugués.

Imaginez-vous vraiment une seconde, que vos ponérocrates vous disent :" Cher Confère comme vous travaillez en votre cabinet le port de la robe est inutile"?

C'est à la réaction inverse qu'il faut que vous vous attendiez , aux fins de votre conversation en l' état de sujétion.

L'on vous dira, dès lors que vous faites un acte de votre profession, que ce soit au palais ou en votre cabinet, étant vu par la magistrature, vous devez porter la robe requise par votre état.

A défaut, vous vous exposeriez à être poursuivi pour indélicatesse devant la Section spéciale alias le CRDA.

Et ce, indépendamment du fait que votre correspondant- juge, vous voyant en tenue de ville, se disant ainsi outragé,sans coup férir décide d'ouvrir contre vous l'action en outrage à magistrat.

Encore et toujours le triomphe du droit du knout. Cela va de soi.

Car Le sens de la liberté n'est pas dans les gènes de la profession, sinon la kakistocratie n'eût point fait long feu.

Nom: 
MCD
Site: 
http://

bien fol est qui s'y fie

Vision parfaitement surréaliste !

N'étant pas "déontologue", je ne puis que vous donner un sentiment qui vaut ce qu'il vaut.

Vous restez encore libre d'être vêtu comme il vous plait à votre Cabinet, dans un univers qui vous convient et vous rédigez et notifiez vos écritures en toute liberté.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA