Oct
16
DOSSIER NUMERIQUE : LES BUREAUX DES HYPOTHEQUES MAINTENANT

Ceux qui suivent et retiennent ce que j'écris savent qu'il y a de très nombreux mois, beaucoup plus d'un an maintenant, j'avais relayé (oui, moi je ne garde pas l'information, et ainsi me faire des clients ou les piquer aux autres, comme certains élus de la profession),

J'avais donc relayé l'information qui nous avait été donnée sur la blogosphère à tous par un confrère alsacien. Vous savez qu'en Alsace-Moselle, il y existe un livre foncier équivalent en mieux à ce qu'on dit généralement de nos bureaux des hypothèques. Et ce confrère, dont j'ai oublié le nom (qu'il me pardonne), nous expliquait que les avocats locaux avaient réussi à obtenir avec le livre foncier pour tous les actes, la communication électronique des notaires, appelée généralement tele@actes.

Evidemment, je m'étais désolé que cette solution ne soit pas possible chez nous, ailleurs en France. On a alors expliqué des tas de choses, du genre que les avocats ne sommes pas dans telle base de données informatiques du ministère des finances. Balivernes, au moment où nous allons presque tous passer aux déclarations de T.V.A. en ligne, compte tenu du considérable abaissement du seuil correspondant.

Que s'est-il passé dans l'intervalle en haut lieu ? Rien du tout. Navista qui parait-il travaille aussi pour les notaires, a continué à essayer de nous fourguer à nous autres avocats ses boitiers à usage limité. Son boulot, n'était d'ailleurs pas de régler cette question, qui ne concerne que les élus (encore eux) de la profession.

Aujourd'hui, les bureaux des hypothèques marchent donc à deux vitesses. Pour le plus important quantitativement soit les rapports avec les notaires, on va vite par l'informatique. Pour les autres, nettement moins importants quantitativement, les avocats, on garde le papier, l'encre, le timbre (postal), et on prend son temps.

Goguenards, les magistrats qui contrôlent ces opérations dans les ventes immobilières vous disent avec le sourire qu'ils ne comprennent pas, parce qu'ils savent qu'avec les notaires...

Et même les avocats bien en cour, ceux qui par exemple sont sur les listes secrètes agréées par les tribunaux des pilotes, sont bien ridicules, parce que même en se couchant au sol, on les traite comme les autres manants.

Drôle de monde, vous ne trouvez pas ?

Une chose est certaine. On est loin de ce qui se disait avant le rapport DARROIS.

Illusions perdues, clients gagnés.

Commentaires

Nom: 
MCD
Site: 
http://

La profession d'avocat est-elle si mal considérée alors qu'il y a tant de députés et de sénateurs qui sont aussi avocats?

Trop individualistes? Pas assez corporatistes? Mal dégourdis?

Je dois la réponse à deux confrères et amis, bien qu'avocats, qui ont été députés, l'un du Front national, l'autre du Parti socialiste. Voyez comme je suis éclectique.

L'un et l'autre avaient remarqué que la profession ne plaisait pas au Palais Bourbon et donnaient l'explication terrible suivante. Tous ces députés majoritairement des hommes venant à Paris y ont alors toutes les tentataions de la chair, avec le pouvoir, sans compter les pièges féminins qu'on leur tend.

Souvent, ça se termine en divorce, avec de dures pensions et prestations, car les avocats des épouses baffouées profitent de la situaiton et de l'impossibilité pour le mari d'accepter le scandale qui interdirait la réélection. Sans compter ue les femmes votent. Alors, c'est notre profession toute entière qui est montrée du doigt des maris adultères. Elus de la nation.

Voilà ce qu'il en coute de défendre non seulement la veuve et l'orphélin, mais aussi la femme cocue.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA