Sep
11
DOSSIER NUMERIQUE : MERCI MONSIEUR LAMANDA

Cher premier président de la Cour de cassation, que j'aurais du bien connaitre, si jamais j'étais resté magistrat, comme vous après avoir réussi dans le même concours que vous, mais en meilleur rang que vous, au concours d'entrée au Centre national d'études judiciaires, devenu l'année d'après Ecole nationale de la magistrature.

Allez, pas de regrets, encore que. C'est le passé.

Car vous avez rendu le 9 septembre courant un avis, qui présente la caractéristique d'être conforme à ce que les avocats sérieux et raisonnables dont je suis, soutiennent depuis des mois et des mois, face aux pisse-vinaigres de la profession qui inventent toutes sortes d'objections pour refuser le numérique .

Et dire qu'il avait fallu préalablement se torturer les méninges pour expliquer le bon sens, la raison, l'intelligence. Négocier, expliquer à des imbéciles bloqués sur le terrain de la terreur et de la prétention.

Quelle belle formule simple, claire et évidente vous avez employée :

« L'adhésion d'un avocat au R.P.V.A. emporte nécessairement consentement de sa part à recevoir la notification d'actes de procédure par la voie électronique ».

Je rappelle à mes lecteurs et amis qu'il y a des mois que je propose exactement la même chose dans un art. 674 du Code de procédure civile, à écrire d'urgence à l'identique, et pour en terminer.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA