Jan
24
DOSSIER NUMERIQUE ET SI ON REPARLAIT UN PEU DU R.P.V.A. ET DE NAVISTA ET DE TOUTE CETTE SORTE DE CHOSES

 

Parce que je constate de plus en plus souvent des défaillances de fonctionnement.

Ces temps –ci, nous avons eu à la Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE, un coup, les déclarations d’appel qui  ne passaient pas, un coup, c’étaient les conclusions.

Voici qu’hier, je n’ai pas vérifié aujourd’hui, c’est tout le système qui était défaillant. Plus rien ne fonctionnait du tout.

On avait bien l’air c… avec nos boitiers et nos clés super-machin…

Je dois dire avoir ri, mais jaune, en recevant hier justement un message de courriel par tel confrère à qui j’avais rappelé que j’attendais ses pièces.

Et qui malicieusement m’a répondu qu’il avait bien essayé de me les adresser par le susdit R.P.V.A., mais que comme ça ne marchait pas, il me les adressait à mon adresse électronique commerciale banale, celle qu’on a tous et gratos. Ce qu’il a fait, mais devra réitérer peut être quand ça marchera par le système R.P.V.A. On marche sur la tête, non ?

Je n’ose plus parler du nomadisme, tout le monde s’en fout ici, avec et y compris son astucieux inventeur local marseillais, qui parait avoir désormais changé de camp.

Pendant ce temps, les hasards des dossiers me placent à la tête d’une collection de recours administratifs partout en France, et je goute aux délices de Télé Recours, gratuit, rapide, nomade, qui fonctionne tout le temps.

Et qui offre même, je ne l’avais pas vu jusqu’ici, des trucs géniaux tellement ils sont bêtes, comme les sauvegardes de saisie des données, histoire de prendre son temps si on veut pour vérifier ce qu’on envoie, et qu’on ne valide que lorsqu’on le veut.

Voyons, que fait la profession ?

Surtout au moment où nous allons passer à la postulation générale au moins par cour d’appel pour tous les tribunaux de grande instance du ressort ?

Ah oui, comment alors savoir quelles seront les conventions locales de procédure électronique ? Au juste, ne faudra-t-il pas plutôt prévoir un texte réglementaire général comme pour les cours d’appel.

Franchement, ne croyez-vous pas que le temps du bricolage général si cher à nos élus – qui ne veulent surtout rien y comprendre – pourrait cesser.

La Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE doit examiner un bout de cette question en audience solennelle  fin février, je le rappelle. Sur renvoi d’un arrêt du Conseil d’Etat où, comme c’est bizarre, le barreau de MARSEILLE disait comme moi, mais c’était à l’époque.

Je vois bien que je vieillis, je ne comprends plus rien.

Mais au juste, ai-je jamais compris quelque chose ?

Et au fait, y -t-il quelque chose à comprendre ?

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA