Sep
16
DOSSIER NUMERIQUE : LES ABSCONS DU C.N.B.

 

Il faut bien reconnaitre que la dernière assemblée du C.N.B. celle des 12 et 13 septembre a fait fort en matière de communication,  quelle qu’elle soit d’ailleurs.

Alors par exemple que l’existence même de la profession de notaire dans sa version actuelle est désormais en cause (je donne mon pronostic : audience du 25 novembre prochain du Conseil constitutionnel), et que c’est un sujet au moins très important pour notre profession, pas un mot.

Oui un mot sur l’aide juridictionnelle, dont on se fout pas mal.

Sur le numérique, c’est tout simplement  grandiose. Le communiqué annexé ne correspond pas aux analyses qu’on nous en a données, y compris ailleurs sur blog avocats par le plus fort et le plus intelligent de tous, d’ailleurs, d’ailleurs c’est lui (et pas elle) qui le dit.

Dans un style abscons, on croit finalement comprendre que,  comme  au théâtre du Grand Casino de Vichy, les parlementaires de 1940 en fuite, avant d’essayer de se tailler outre-mer,  déléguant leurs pouvoirs au maréchal PETAIN, lui  presque gâteux, les élus nationaux ont donné tous pouvoirs  à une de leurs commissions, pleine de majuscules aussi pompeux que révélateurs.

Bref, ce sont ces Puissants –là (je me mets dans le coup) qui feront et iront.

J’avais envisagé de donner le titre de «Non, on ne se lève pas comme pour les Danettes », vous savez cette publicité marante pour célébrer l’unanimité devant la qualité du produit. Bon à part un peu de publicité à faire à DANONE,  dont je suis un tout petit actionnaire (un autre blogueur fait bien de la publicité ici pour le G.I.E. Infogreffe, et dire qu’il n’en possède aucune action ….), ça aurait été inutile.

Pratiquement, je me tais et j’attends.

Je sais qu’il y a une date butoir qui n’est pas le 1er octobre, mais le 25 novembre.

 

Sous réserve de ce que m’aura dit la Faculté, je serai présent audience solennelle de la Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE, avec mon fidèle ami set remarquable avocat Philippe KRIKORIAN, à soutenir un recours.

Lequel, celui de l’intervention forcée contre le Conseil National des Barreaux en annulation de la délibération d’origine qui a imposé le système Navista. Ensuite de l’arrêt de mai 2013 du Conseil d’Etat, dans lequel je suis partie, et PARTIE ACTIVE , moi (suivez mon regard).

Cette intervention forcée a été déjà validée par un arrêt antérieur de la Cour et si nous n’avons pas plaidé plus tôt, c’est que je sortais de l’hôpital, soigné pour un cancer.

J’imagine que d’ici au 25 novembre, pour  annuler les effets de ce recours, et faire en sorte qu’il ne se plaide pas, le C.N.B. me donnera, nous donnera (y compris à JANSOLIN) raison et décidera du nomadisme pour la communication numérique avec le R.P.V.A. des avocats hors Paris. Ce sera alors gagné. C’est tout-

La question du cloud n’est pas dans le débat.

___________________________

P.S. Personne ne m’a jamais posé la question de savoir d’où vient la photo d’une machine informatique,  genre des années 1970, lorsque la matière naissait, qui est au pied de mes billets.

Ce n’est pas une photo de matériel I.B.M.

C’est celle d’une célèbre machine du même genre d’un matériel qui a eu du succès dans le bloc communiste de l’époque, lequel  envoyait tout de même avec ça des fusées et autres dans l’espace. L’inventeur en est le professeur Armand KUCHUKIAN (académie des sciences de l’U.R.S.S.) Que l’autre se calme. Jusqu’à plus ample informé, Armand KUCHUKIAN est un homonyme.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA