Mar
24
DOSSIER SOCIETE : A PROPOS DE LA NULLITE

J'essaie de rester dans le strict cadre professionnel de notre blogosphère, avec et y compris lorsque je frôle le politique. Car, toujours, il y a chez moi l'avocat ou la justice en sous-jacent.

Je ne traite donc pas du coup d'Etat au Mali par exemple. On s'en fout.

Il parait -c'est dans Le Monde du jour- qu'un candidat à la prochaine élection présidentielle aurait déclaré que son adversaire principal serait nul.

La nullité est un sujet bien connu dans notre profession. On peut être nul et geignard et devenir et rester avocat. Il parait même que les nuls sont si nombreux qu'ils sont majoritaires. Et donc représentatifs à travers leurs élus. En tout cas ainsi représentés.

Je connais la question.

Aussi, je serais à la place d'Untel qui a dit que l'autre tel est nul, je me méfierais. Méfi comme on dit à Marseille. Parce que ne pas être nul ne suffit pas pour être élu. Au contraire même. La nullité donne un avantage. Compte tenu du principe de la représentativité.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA