Jul
01
ESSAI DE SITUATION SEMESTRIELLE DANS LA PROFESSION

Nous sommes le 1er juillet. Le premier semestre est donc terminé. Le bilan annuel c'est pour le début de l'année prochaine. Voici une situation semestrielle.

* L'affaire de la fusion avec les conseils en propriété industrielle a mal tourné. On a abandonné. Tant mieux. Mais je crois avoir compris que le C.N.B. n'est pour rien dans l'abandon. Vous le savez bien,deux fois par jour au moins, les pendules cassées donnent l'heure juste.

* L'affaire de la signature d'avocat trainasse. C'est une couillonnade. Même si le projet sort, il restera une couillonnade. Heureusement sans dégâts. Surtout coté notaires qui vont conserver leur monopole. Quel dommage. Pas bon le C.N.B. sur ce coup là.

* Fusion avec les notaires : abandonné. Mais là, c'était un rêve. Plusieurs générations de C.N.B. intelligents (vous avez compris C.N.B. + intelligents, il y a deux choses) n'y seraient pas arrivés.

* L'affaire de la formation professionnelle continue et de ses développements en forme de blogs. Je viens de lire le bulletin de l'ordre des avocats de Marseille, qui résume la situation telle que nous l'avons défendue Jean de VALON et moi. Les rodomontades de tel délégué vont faire long feu. Il suffisait de taper un peu sur la table et surtout de lire les propres règles du C.N.B.

* L'affaire des juristes d'entreprise. Malgré tout ce qu'on dit, il parait bien que les résistances de la base - dont je suis - aient envoyé ce projet sur une longue voie de garage.

* L'affaire des experts-comptables. Le C.N.B. (pardon sa tète) s'est fait rouler dans la farine. Sauf que la situation de fait était malheureusement déjà ce que parait devenir prochainement la situation de droit.

* L'affaire de la suppression des avoués. Le C.N.B. était bien parti, mais en cours de route, il s'est essoufflé. Et puis, de cette réforme, tout le monde majoritaire des avocats s'en fout. Le plus rigolo, c'est que maintenant, ce sont les avoués qui attendent avec impatience leur suppression pour toucher le pactole que le Sénat et la garde des sceaux ont promis. Sauf qu'on a la certitude que la haut, on a décidé de serrer les boulons, et d'éviter de dépenser un milliard de plus. Sur ce coup, le C.N.B. est d'une passivité qui correspond assez bien à l'opinion majoritaire des avocats, malheureusement.

Alors, me direz vous, KUCHUKIAN, vous devriez être content. Vous qui vous opposez au pouvoir national. Si on peut appeler le C.N.B. un pouvoir national. Il ne sert à rien ce truc là. On peut le supprimer. Ben oui.

Mais non, parce qu'il bouge encore. Parce qu'il y a NAVISTA.

Je dis bien NAVISTA, pas le R.P.V.A.

Alors voilà :

* Nous sommes maintenant censurés dès lors que R.P.V.A. apparait dans l'intitulé de nos articles sur la blogosphère, bravo le C.N.B.

* Il faut donc user de ruses de Sioux pour mettre en ligne.

* Malgré le monument que constitue le rapport HATTAB, le C.N.B. fait comme il veut c'est-à-dire nous suicider avec le boitier NAVISTA : les avertissements, la plainte à l'Autorité de la concurrence, les référés (il s'en plaidera un demain matin) les appels du bâtonnier de Paris, on s'en fout. Pire, on combine avec la chancellerie. C'est pas beau, d'un coté comme de l'autre.

* Une grande majorité d'avocats ne se sentent pas concernés, les cons. Dans un déchainement d'hypocrisies grands modèles. Les gnous.

* Et ce sont toujours les plus actifs (ah, si on pouvait bouffer les gnous) qu'on trouve en première ligne.

* Il me faut demain repérer un marchand de légumes proche du Palais du Pharo, pour faire un saut et aller lui acheter quelques tomates bien mures si jamais à la réception biennale de l'ordre, le président du C.N.B. vient nous voir et à son attention.

A samedi matin, après le discours de notre bâtonnier, qui reste notre espoir et notre détermination. Salut Dominique

Commentaires

Parfois on s'interroge à propos de cette porosité de la frontière entre le CNB et la chancellerie. Le seul espoir de devenir sous ministre ne peut tout expliquer. Je me demande si après l'expertise Hattab, il ne faudrait pas suggérer un audit des comptes du CNB?

C'est fait, mais on n'est pas nombreux.

Et la masse immense des gnous ?

Audit aussi des facultés intellectuelles de certains.

Nom: 
pascalebertoni
Site: 
http://

merci cher confrère d'avoir signé.. Si vous pouviez en motiver d'autres au barreau de marseille cela serait formidable. ll ne suffit pas de dire qu'on est d'accord avec la pétition; il faut agir. je vous ai lu suffisamment ces derniers temps pour savoir que vus êtes de la race des courageux, et il en faut.

Bien confraternellement.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA