Jan
06
FAILLITES : LE FAUX SEMBLANT DU PROGRES SOCIAL

 

Les journalistes, qui n’y comprennent jamais rien,  sont socialement ravis,   lorsqu’ils annoncent,  plus ou moins régulièrement,  que tel patron se retire de l’entreprise et qu’il la laisse gratuitement à son personnel.

Comme c’est beau, comme c’est généreux, comme c’est social, comme c’est dans le vent du progrès.

Arrêtons la connerie. Et de sonner les trompes de l’imbécilité crasse.

La vérité est  dramatiquement toute autre.

En réalité, lorsqu’on agit ainsi, c’est que l’entreprise ne vaut plus rien, que personne ne veut l’acheter et la poursuivre, qu’on ne peut même plus licencier le personnel  en trop car ça couterait trop cher.

Alors,  il se trouve quelques fous dans le personnel pour racheter l’entreprise à l’euro symbolique et demeurer … avec les problèmes généralement de surplus de personnel et de manque d’activité,  parce que c’est la crise sans issue qui demeure.

Tandis que celle-ci  vient aussi malheureusement du trop de personnel, des charges, etc. et de la confrontation impossible avec d’autres conceptions économiques concurrentes.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA