Dec
26
GUERRE CIVILE : L’ARRIVEE DES RATONADES

 

Ce qui s’est passé la nuit dernière à AJACCIO devrait ouvrir les yeux de deux tiers des Français, qui sont endormis dans leur peur et leur refus de voir les choses en face.

C’est que la Corse, ce n’est pas tout à fait la France, au point qu’elle  veut son indépendance territoriale, ce qu’on peut parfaitement non seulement se comprendre,  mais encore approuver.

Rappelez-vous ce que j’ai écrit ici sur l’Ecosse, et la Catalogne.

Il y existe  certains non Corses,   dont je n’ai pas le droit de dire quelle est l’origine,  sinon on me poursuivra, mais vous voyez bien que cette hypocrisie ne trompe personne.

Ceux-là avaient sans doute décidé de préparer les traditionnelles exactions de fin d’année,  avec les incendies des voitures, joyeuses plaisanteries qui détendent les esprits, créent le désordre, troublent la paix sociale, mettent en danger l’Etat, et accessoirement font monter les primes d’assurance de ceux qui les paient. J’en suis.

Sauf que pour une fois, la prévention de ces crimes (l’incendie volontaire est un crime, je le rappelle) a joué, et les forces de l’ordre sont allées sur place détruire ce qui allait troubler l’ordre public.

Mais malheureusement les pompier et policiers sont tombés dans un piège et ont été blessés.

L’explosion a suivi. Car les Corses ont l’épiderme sensible, eux au moins.

Oui l’explosion de ceux qui,  habituellement, se taisent et protestent tout au plus devant les écrans de télévision,  où on voit les crétins officiels déplorer les exactions qu’ils sont incapables de faire cesser.

Alors, il y a eu des ratonades, oh, pas bien dramatiques, personne n’est mort ni n’a été blessé.

On a détruit  partiellement nous dit-on pour calmer le jeu,  quelques corans et abimé une salle de prières.

C’est un début.

Il faut craindre qu’il y  en ait d’autres vous verrez.

Car, on ne peut éternellement raisonner en refusant de considérer l’origine de la faute, tolérer que la loi ne soit pas respectée, refuser de sanctionner, obliger les victimes à subir, et les empêcher de réagir elles-mêmes.

En un autre temps, le plus célèbre  enfant d’AJACCIO,  devenu empereur des Français sous le nom de NAPOLEON 1er avait déjà  écrit cette lettre célèbre au préfet du Var, à propos d’incendies dans son département : « Monsieur le préfet, On me rapporte de trop nombreux incendies de forêt dans le département dont je vous ai confié la charge. Cette situation ne peut perdurer. Il en va de votre fonction. Napoléon. »

Le style des  Ajacciens du moment  est moins académique.

C’est sans doute que la situation est plus grave, et le préfet local  doit se souvenir de ce qu’on écrivait à son collègue du temps.

Mots-clés: 

Commentaires

Corse matin en ligne rapporte ceci:

Une centaine d'Ajacciens se sont à nouveau réunis ce samedi à 15 H dans le quartier de l'Empereur à Ajaccio à la suite de l'agression de deux pompiers le 25 décembre.

Ils ont occupé le quartier pendant plus d'un quart d'heure. De nombreux C.R.S. et gendarmes mobiles encadraient la foule. Des portes vitrées de halls d'immeubles ont été endommagées.

La foule quitte désormais le quartier de l'Empereur pour se rendre à Saint-Jean.

"Je suis contente qu'ils soient là. Ca fait cinquante an que je vis là et ce n'est plus possible" déclare une habitante.

 

Nom: 
Pierre DOYEN

Il paraîtrait que ce saccage de salle de prière, fût la réponse donnée par des Corses d'une autre obédience à certains des  fidèles du saint lieu, auteurs des exactions de la veille.

A la commission d'un délit y répondre  par la perpétration d'un autre, n'est point faire oeuvre de justice, puisqu'in fine il y a deux infractions au lieu d'une!

En revanche état d'urgence ou non, nous sommes fondé  en vertu du droit à la sûreté, à nous attendre à ce qu'il y ait des policiers présents ès quartiers des villes, en lesquels  dans la nuit de la saint sylvestre des voitures brûlent par milliers, forfaits de loubards apôtres de la religion de paix et d'amour.

Nos politiques jouant aux idiots utiles, nous assènent que le mahométisme est une religion de paix  et d'amour.

Nous le répétons le mahométisme n'est pas une religion,  mais une idéologie totalitaire raciste et foncièrement sexiste, dont en quatorze siècles l'objectif final est farouchement  inchangé: à savoir la domination de toute l'humanité  à ses axiomes! 

L'humanité définie par le mahométisme est ternaire: En premier lieu  il y a la race supérieure, c'est à dire les musulmans, en second lieu des sous-hommes les juifs et les chrétiens  qui, s'ils paient la jizyia(extorsion de fonds recognitive de leur infériorité morale) ont le droit à la vie, à condition  tout de même de n'oublier point d'être des sujets  fort déférents envers leurs maîtres mahométans. Et en dernier lieu avec ce classement ternaire nauséabond, nous avons le bétail  constitué par les polythéistes et les athées. 

Ce terme de bétail n'est point nôtre. C'est ce vocable précisément employé par le Saint Livre, pour qualifier les personnes susvisées, auxquelles il réserve  sans barguigner, le traitement spécial: l'extermination, à moins que ledit bétail se convertissse à l'islam.  Quelle magnanimité!

La sous-partie religieuse du mahométisme ressemble aux autres cultes: ablutions, prières, tabous alimentaires et érotiques, les saines lectures à distinguer des ouvrages impies. Tout ceci n'est point original. Le croyant de n'importe quelle religion ne s'appartient pas. Le mahométan ne se déclare-t-il pas, non sans emphase esclave de Dieu? C'est très bien qu'il soit esclave  et nous ne saurions lui refuser le plaisir de  son titre.

La difficulté est que l'esclave de Dieu ne veut point  être seul  à revêtir  sa tunique servile, il n'a de cesse à vouloir en affubler les autres. Il nous faut le combattre, parce que citoyens d'un Etat laïc, la religion n'est qu'une question purement personnelle et privée. La limite de la liberté religieuse consiste à ne point empiéter sur les droits d'autrui. Il n'existe pas de hiérarchie des personnes, selon la croyance qu'elle pourrait exhiber. 

Ce qui est clair pour un chrétien ou un juif, parce qu'aujourd'hui aucun d'eux ne s'estime supérieur en droit et en dignité à une personne sans religion.  A contrario, il n'en est pas de même du bon mahométan, qui n'a absolument pas une perception égalitaire des hommes. Il refuse les Droits de l'homme et la démocratie, qui pour lui sont des artefacts. Il n'y a de lois que  celles qui proviennent de Dieu, c'est à dire le Coran et la Sunna.

Nous vient incidemment en mémoire  en écrivant ces lignes, qu 'Eric ZEMMOUR fut condamné pour incitation à la haine raciale, au motif qu'il avait déclaré,  que dans les banlieues les musulmans avaient le Coran pour code civil.

L'ignorance judiciaire est  crassa et supina comme eussent dit les clercs médiévaux. Il suffit en effet d'interroger n'importre quel citoyen d'un pays mahométan pour qu'il vous dise, que les islamistes veulent instaurer la charia comme source du droit .

C'est la cas du parti Ennahda en Tunisie, qui représente un Tunisien sur cinq.  Vingt pour-cent des électeurs tunisiens  veulent voir la charia source du droit, les chrétiens et les juifs   dhimmis. En France la communauté mahométane est deux fois moins nombreuse qu'en Tunisie. Il y a probablement plus de vingt pour-cent d'entre elle à vouloir, si c'était possible,  que la charia se substituât au code civil.

Heureusement  qu'en les religions, il n'y a pas que de bons croyants.  Beaucoup d'entre eux prennent quelque liberté avec les impératifs catégoriques de leur obédience. Aussi  de  mauvais musulmans oublient-ils les sourates racistes ou sexistes de leur Saint Livre, pour s'en référer à d'autres plus présentables. Ce n'est pas très rationnel ni très cohérent de se rattacher à un livre prétendument divin, en ne voyant pas  ce qui est désagréable , pour n'avoir point à abjurer sa foi. Ah la dissonance cognitive!

C'est  cette dissonance cognitive qui explique que dans le monde il y a encore quatre vingts pour-cent de l'humanité à croire en une religion. En les vingt pour-cent restants sont  athées ou agnostiques.

Pour en revenir à l'humanité ternaire  du Coran, classification  reprise par le Caporal Bohémien, nous avons bien su nous doter d'une législation pour combattre le racisme, l'apologie  du racisme  et l'incitation à la haine raciale.
La loi ne sous distingue pas la nature du racisme, il n'y a pas donc pas matière  à sous distinction.

Le premier travail consiste  à soumettre la vente du Coran au même régime juridique que celui imposé  à Mein Kampf.  Pour ce dernier ouvrage est annexé l'article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Si le vendeur mettait en circulation le livre sans la mention prescrite par la cour d'appel de Paris, il ferait l'objet de poursuite pour apologie de crimes contre l'humanité.

Il n' y a aucune raison que le Coran échappe à cette  même mesure, puisque certaines de ses sourates recommandent clairement  la commission de crimes contre l'humanité.

Précisons pour être le plus complet que les gens de DAECH  sont de vrais musulmans, ils commettent leurs crimes en se fondant sur des sourates du Coran, non pas mal interprétées, mais parfaitement claires.

Nos imams nous disent  avec une voix de fausset, que les gens de DAECH ne sont pas de bons musulmans, qu'ils se fondent sur des sourates; en faisant  abstraction de leur contextualisation.

Le Coran est la loi divine intemporelle par excellence, donc pleinement valide en tout temps et en tout lieu. Celui qui  rejette pareille assertion est un apostat.

Quand vous avez une sourate qui vous déclare ex-abrupto que les mécréants sont du bétail, qu'il faut les  combattre là où  vous les rencontrez, Il n'y a rien à contextualiser! 

Qui soutiendrait à la barre que la diffusion de ce manuel de savoir -vivre est  une incitation à la haine raciale? Mais déclarer que le Coran pour la communauté en question est le code civil, alors là  vous encourez une condamnation  en vertu de la jurisprudence ZEMMOUR.

Lorsqu'il vous prend fantaisie de débattre de sa religion avec un mahométan, il vous sort une sourate humaniste, vous disant que la sourate dont vous faites état est abrogée.

Or depuis la mort de Mahomet le Coran comporte toujours 114 sourates et 6236 versets. Une sourate abrogée par définition ne fait plus partie du corpus.  Si elle y demeure malgré tout, c'est bien pour s'en servir. C'est précisément ce que fait la dialectique mahométane. Quand il y a un intérêt à exhiber la sourate humaniste,  soit pour cacher à l'interlocuteur le caractère violent de la religion, soit pour ne pas rebuter un néophyte, le croyant la met en valeur pour montrer la supériorité morale et intellectuelle de sa foi.

Un soudanais savant en la religion musulmane, du nom Mahmoud Mohamed TAHA, avait voulu reprendre toutes les sourates du Coran  dans  la chronologie de la Révélation  y  expurgeant les sourates abrogées.   Que croyez-vous qu'il arriva? Ce fut le savant homme que l'on expurgea  de l'humanité, pendu pour apostasie!

Il y a une autre difficulté insurmontable , non pas métaphysiquement mais rationnellement: la plupart des  sourates  abrogeantes sont antérieures chronologiquement  aux sourates à abroger!

Le Coran n'est  pas un texte juridique, encore moins rationnel. C'est un fouillis. Les sourates ne sont pas classées par ordre chronologique, ni par théme.

Le combat contre le mahométisme porte   sur la doctrine plus que sur  la personne des croyants eux-mêmes.  Les bons croyants sont par définition gens hostiles à la société. Les mauvais croyants, soit parce qu'ils pratiquent leur religion à la carte,  soit qu'ils l'ignorent, n'auraient en rien à souffrir de la critique de leur Livre Saint. Ils vivraient leur dissonance cognitive . Il ne nous appartient  pas de dire ce qu'il faudrait qu'ils crussent ou non.

En nous  refusant systématiquement à ne pas voir en le mahométisme ce qu'il est en dernière analyse: une idéologie raciste et totalitaire, nous allons revivre les guerres de religion du XVIème siècle, régresser de cinq siècles.

Contraindre l'islam à vivre comme les autres cultes  dans la seule sphère de la vie privée, est le seul moyen de demeurer libre.   Le mahométisme est le véhicule sous couvert de religion,  d'une idéologie totalitaire contemptrice du genre humain. Alors il nous faut le réduire à n'être qu'un culte et rien de plus, sauf à terme à devoir périr ou être  des esclaves.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA