Nov
29
GUERRE CIVILE : LE JOUR OU

 

En 2005, en un temps où la Q.P.C. n’existait pas et la recherche, heureusement,  systématisée du respect de la   déclaration  des droits de l’homme, soit art. 11 spécialement,  la Cour d’appel de PARIS avait  prononcé une condamnation à 10.000 € d’amende,  parce qu’un homme politique connu  avait,  à ce qu'on nous a raconté,  déclaré dans « Le Monde » du 19 avril 2003, je le rapporte, c'est aussi sur lci.tfl.fr :

« Le jour où nous aurons en France,  non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont,  et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux ».

Qu’en est-il dix ans plus tard ?

Mots-clés: 

Commentaires

Il pourrait demander le remboursement de sa condamnation ;-)

Nom: 
Pierre DOYEN

Le fait pour un citoyen d'avoir déclaré: «  Le jour où nous aurons en France,  non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont,  et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux » lui valût une condamnation à une amende de 10 000 euros, nous indique clairement qu'en notre pays la liberté d'expression est morte, sans qu'il faille nécessairement faire connaissance de l'état d'urgence.

 

Que le même citoyen eût dit quelques décennies plus tôt : «  le jour où les communistes seront au gouvernement, nous les opposants seront envoyés par centaines de milliers dans des camps de rééducation politique », nul juge saisi de tels propos ne se fût avisé de prononcer la moindre condamnation contre leur auteur.

 

 

Au sujet du mahométisme, entendez islam, il y a un refus de la réalité. Les politiques, les média et le pouvoir judiciaire, tous s'efforcent au mépris de l'histoire de nous contraindre à voir en les mahométans une variété de bons chrétiens, apôtres d'une religion de paix et d'amour !

En le mahométisme comme en toute religion l'invocation d'un dieu n'a pas d'autre finalité que de justifier la guerre pour s'approprier les biens d'autrui (entendez des mécréants), occire leurs propriétaires encombrants, tout en réduisant les autres à l'état d'esclave pour le service du portefeuille, ou pour celui de la satisfaction du sexe. Toute cette activité de gangster est déclarée faite ad dei majoram gloriam. La morale religieuse est sauve, puisque ses victimes ne sont que des mécréants( gens au ban de l'humanité),  non des coreligionnaires !

 

Bernard LEWIS un historien étatsunien spécialiste du Proche Orient et du monde mahométan écrit : «  L'islam est non pas une religion au sens restrictif où l'entend l'Occident, mais une communauté, une allégeance et un mode de vie. L'islam est politique ou n'est rien. Car dans l'Islam, la religion n'est pas comme le christianisme, un secteur où une province de la vie réglementant certaines matières tandis que d'autres échappent à son entreprise. La religion islamique intéresse la vie tout entière-exerçant un pouvoir non pas limité mais global ».

 

Ajouterons-nous, l' excellente et bonne opinion de sa communauté qu'a le mahométan, telle que le rapporte la sourate III verset 110 de son Coran: «  Vous formez la meilleure Communauté suscitée pour les hommes : vous ordonnez ce qui est convenable, vous interdisez ce qui est blâmable, vous croyez en Dieu » ?

 

L'évangile mathéen reproduit les paroles du Nazaréen au chapitre 28 verset 18 : « Allez faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde ».

 

Force est de constater ce ne fut point en application de ce commandement christique que la Bonne Nouvelle se fut répandue à travers le monde. Rappelons à titre indicatif les milliers de Saxons égorgés par Charlemagne :des païens ne voulant point devenir chrétiens ; les Croisades contre les sectateurs du chamelier Koreichite identifié comme l'Antéchrist ; les suppliciés de la Sainte Inquisition, estimés hérétiques ; au cours du XVIème siècle européen les milliers de femmes brûlées vives qualifiées sorcières. Et dans ce même siècle et le suivant, il y eut les massacres inter-chrétiens :  catholiques contra huguenots.
Instruits par notre propre histoire, nous avons fait de la religion une question personnelle au sujet pensant, ressortant du sanctuaire de la vie privée. Par conséquent votre religion ne régente en rien l'existence de votre voisin, qui lui peut avoir un autre culte comme de n'en avoir aucun.

La liberté de culte ayant pour contrepartie la liberté de conscience, font qu'en la société le caractère totalitaire de la religion y est inexprimé, sinon oublié. C'est ainsi que la religion chez nous Occidentaux, a pris ce sens restrictif exposé plus haut par Bernard LEWIS.

 

Si les Evangiles ne commandent aucun acte de violence contre quiconque, il n'en va de même du Coran.

 

Ce dernier en sa sourate IX verset 29 ordonne :  « Combattez : ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier, ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et sont Prophète ont déclaré illicite ; ceux qui parmi les gens du Livre, ne croient pas à la vraie Religion ».

 

La sourate IX verset 5 : «  Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez tous les polythéistes, partout où vous les trouverez ; capturez-les, assiéger-les, dressez-leur des embuscades. Mais s'ils se repentent, s'ils s'acquittent de la prière , s'ils font l'aumône, laissez-libres .-Dieu est celui qui pardonne, il est miséricordieux ».

 

Pour que le croyant barbare massacreur ne soit pas affecté par le remords, l'auteur du Coran s'empresse très didactique de conjurer son trouble psychologique, en la magnifique sourate  VIII verset 17 : «  Ce n'est pas vous qui les avez tués, mais Dieu les a tués . Tu ne lançais pas toi-même les traits quand tu les lançais, mais Dieu les lançait pour éprouver les croyants au moyen d'une belle épreuve venue de lui- Dieu est celui qui entend et qui sait tout- ».

 

La sourate IX verset 123 prescrit :  «  O vous qui croyez ! Combattez ceux des incrédules qui sont près de vous. Qu'ils vous trouvent dur. Sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent ».

 

Les combattants dans le Chemins de Dieu, s'ils sont vainqueurs, ils ont butin et esclaves sexuelles. Mais s'ils meurent au combat, c'est l'apothéose :

 

La sourate II verset 154 rappelle : « Ne dites pas de ceux qui sont tués dans le Chemin de Dieu : « Ils sont morts ! ». Non !..ils sont vivants, mais vous n' en avez pas conscience ».

Et la sourate III verset 169 réitère l'information : « Ne crois surtout pas que ceux qui sont tués dans le Chemin de Dieu sont morts. Ils sont vivants !  Ils seront pourvus de biens auprès de leur Seigneur, ils seront heureux de la grâce que Dieu leur a accordée ».

 

Il s'ensuit que les martyrs(morts dans le Chemin de Dieu , dont les djihadistes qui kamikazes tuent comme au Bataclan des gens qu'ils estiment incroyants , croient qu'ils vont pleinement vivants rejoindre séance tenante Dieu, avec le privilège insigne sur tous les autres croyants, de n'avoir pas à attendre le Jugement dernier. Ils ne souffrent pas du châtiment du tombeau. Un hadith rapporte que le martyr se retrouve avec à sa disposition auprès de Dieu , de 72 houriate (épouses paradisiaques dont l'hymen se rechapent après chaque coït !).Ca roule pour lui ! Il n'est pas dit expressément qu'il s'agisse du Paradis. On doit comprendre cependant que cela y ressemble.

 

Le mahométisme est en dernière analyse l'archétype des religions. Le connaître emporte la connaissance de toutes, sans l'astreinte d'avoir dû les étudier !

 

Chaque religion constitue pour les membres de sa chapelle la belle communauté humaine. Le mahométisme ne se déclare-t-il pas la communauté la meilleure ? Les juifs sont le peuple élu, les chrétiens le nouvel Israël (héritier de la maison mère en l'élection divine). Quant au reste de l'humanité, eh bien du bétail pour sûr ! Certes les Evangiles ne déclarent nulle part que les mécréants sont du bétail. Le Coran, lui, ne s'embarrasse pas de telles élégances scripturaires. Il fait même injonction à ses affidés d'exterminer le bétail en question, partout où ils le rencontrent.

Mahométans et chrétiens pratiquèrent sans vergogne l'esclavages des Noirs. Les premiers du VII ème siècle au début du XXème, les seconds avec la traite atlantique du XVIèeme au XIX ème siècle. L'invocation d'un dieu n'est que supercherie pour escroquer le bétail mécréant, ainsi que les petites gens de la chapelle priant gentiment le dieu pour le bonheur financier de leurs maîtres.

Les Arabo-musulmans qui avec une morgue infinie, déclarent ne jamais lire la Bible, ouvrage jugé apocryphe, se sont intéressé à la saga de Noé, le patriarche qui, par l'effet d'une surconsommation de jus de raisin fermenté fut sous sa tente découvert nu par son fils Cham. L'observateur de la nudité paternelle, rigolant conta l'aventure à ses frères Japhet et Sem. Nos deux noachides prirent le manteau. Et dans la tente à reculons pour ne rien voir, ils couvrirent l'ivresse de leur géniteur. Le patriarche à son réveil fulmina : «  Maudit soit Canaan ! Qu'il soit pour ses frères l'esclave des esclaves ! ». il dit aussi : Béni soit Yahvé, le Dieu de Sem et que Canaan soit son esclave ! Que Dieu mette Japhet au large, qu'il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit son esclave ! » .

Les descendants de Koush fils de Canaan s'établirent en Afrique. La couleur noire des Africains est expliquée comme l'effet de la malédiction divine, prononcée par Noé . Les Arabo-musulmans expliquèrent que Dieu lui-même ayant fait esclave Canaan et sa descendance, il était juste que les Noirs fussent esclaves, par décret géopolitique de l'Eternel, pourrait-on dire.

Les bons évêques chrétiens ont repris au XVIème siècle à leur compte, la thèse des suppôts de l'Antéchrist-Mahomet pour justifier la traite négrière. Le roi très chrétien Louis XIV promulgua le Code Noir pour christianiser les esclaves nègres, en fait pour veiller à l'organisation de l'apartheid racial, au développement capitaliste de la culture de la canne à sucre dans les Antilles et à Saint Domingue.

 

Pour en revenir au mahométisme, idéologiquement il divise le monde en deux : le Dar al islam, (la maison de l'islam) et le Dar al harb( la maison de la guerre) . En clair pour celle-ci, il s'agit de tous les Etats non -musulmans en général, des Etats occidentaux en particulier. Le mahométan ne se définit pas par sa nationalité. Il s'identifie par sa religion, se déclare membre de la oumma(la communauté abstraction des différents Etats). Il ne reconnaît ni l'égalité en droit et en dignité des hommes, ni l'égalité des sexes. Comme le recommande son Livre Saint, il préfère avoir pour amis des personnes qui partagent sa foi. Il ne supporte pas d'avoir pour supérieur hiérarchique un mécréant. En Tunisie trente pour-cent des parlementaires sont membres d'Ennahda(un parti islamiste). L'électorat de cette tendance serait d'un électeur sur cinq. Les autres sont des pratiquants à la carte, prenant quelque distance avec certaines sourates coraniques. Le parti islamiste revendique ouvertement la charia norme juridique de la société. Chez nous les mahométans représentent cinq millions de personnes : une petite Tunisie ! Comme en ce pays, nous avons aussi des islamistes aspirant à ce qu'en France la charia soit une source du droit.
 

Si dans quelques années une majorité de partisans islamistes sont élus au parlement, nous aurons en effet une République islamique. Sans compter comme au XVIème siècle, nous revivrons alors une nouvelle Saint Barthélémy . Car des non- mahométans, les dorénavant dhimmis devant marcher en bas du trottoir, les yeux baissés par signe de respect envers leurs maîtres musulmans, ne pourront se résoudre à voir flétrir de la sorte leurs droits et libertés. Si pour le mahométan les notions d'Etat-nation, de citoyenneté, de liberté, n'ont aucun sens, pour nous ces mêmes notions se sont affinées sur cinq siècles de combat politique. Elles sont dés lors devenues intangibles et font corps avec notre existence individuelle et collective.

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA