Dec
28
GUERRE CIVILE : LES MOSQUEES ET LA LOI DE 1905

 

Peut-on rappeler ou plutôt apprendre  que les mosquées doivent respecter la loi, à AJACCIO comme ailleurs. Et que la notion de mosquée non déclarée ou  comme telle est contraire à la loi du 9 décembre 1905 de séparation des églises et de l’Etat. C’est son article 18          qui disent que les associations pour subvenir aux frais, à l’entretien et à l’exercice public d’un culte doivent constituées formellement comme associations de la loi de 1901, donc déclarées en préfecture. Leur fonctionnent est soigneusement décrit aux art. 19 et suivants. Sans compter l’art. 28  sur les emblèmes religieux.

 

L’art. 30  prévoit les sanctions, amende et petite prison.

Je signale aussi l’art. L. 2212-2 du Code général des collectivités territoriales.

 

Le tout à l’attention des autorités de la République à AJACCIO.

Spécialement à son préfet qui a bien trouvé le texte lui interdisant les manifestations des opposants (celui-ci-dessus), mais a du oublier  de l’appliquer à ceux en amont, par le fait desquels les manifestations ont eu lieu.

C’est comme au rugby, il faut toujours remonter à l’origine de la faute …

Il  semble  me souvenir que lorsque j’ai présenté, il y a bien longtemps,  le concours d’entrée à l’E.N.A., à mon époque en tout cas, on était plus rigoureux que maintenant sur la connaissance des textes administratifs. Mais c’est vrai aussi que je n’avais eu de bonnes notes qu’aux matières techniques dont le droit administratif, pas celle à haut coefficient, dite du grand écrit, celle qui fait les fonctionnaires d’aujourd’hui.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYEN

La loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat est comme l'ordonnance du 28 avril 1816, elle est introuvable en sa version d'origine.

Son article 30 a été abrogé par l'ordonnance n°2000-549 du 15 juin 2000.

Avant l'ordonnance abrogatoire susdite, cet article 30 disposait comme suit: " Conformément aux dispositions de l'article 2 de la loi  du 28 mars 1892, l'enseignement religieux ne peut être donné aux enfants âgés de six ans à treize ans, inscrits dans les écoles publiques, qu'en dehors des heures de classe.
Il sera fait application aux ministres du culte  qui enfreindraient ces prescriptions, de l'article 14 de la loi précitée".

Les établissements privés d'enseignement confessionnel ayant passé des accords avec l'Etat, peuvent enseigner la religion, tout en satisfaisant au programme de l'éducation nationale. L'enseignement religieux est en  sus des heures de classe.
Mais par l'abrogation de l'article 30 plus haut cité, la religion peut être enseignée aux élèves pendant les heures de classe; qu'il s'agisse du christianisme comme du mahométisme.

Notre législateur national voit  en les mahométans une variété de chrétiens.

 

Si en le Coran les idiots utiles ou sagaces rustiques(1) on ne sait, voient un traité de la religion de paix et d'amour, pourtant un petit examen eût suffi pour que la vue se dessillât.

De sourate II verset 171 transparaît l'ineffable humanisme : «  Les incrédules sont semblables à un bétail contre lequel on vocifère et qui n'entend qu'un cri et un appel : sourds, muets, aveugles ; ils ne comprennent rien ».

La sourate IX verset 29 commande : «  Combattez : ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier, ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son Prophète ont déclaré illicite ; ceux qui parmi les Gens du Livre, ne pratiquent pas la vraie religion. Combattez-les jusqu'à ce qu'ils paient directement le tribut après s'être humiliés ».

La sourate IX verset 5 ordonne :  « Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez tous les polythéistes, partout où vous les trouverez ; capturez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades... ».

Le Coran est outrancièrement sexiste, sa sourate IV verset 34 intitulée Les femmes déclare ex abrupto : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en vertu de la préférence que Dieu leur a accordée sur elles, et des dépenses qu'ils font pour assurer leur entretien . ….(plus loin est consacré le jus corrigendum du mari sur ses épouses). Admonestez celles- dont vous craignez l'infidélité ; reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les. Mais ne leur cherchez plus querelle si elles vous obéissent. (Et en point d'orgue). -Dieu est élevé et grand- ».

Des établissements scolaires privés sont subventionnés par l'Etat. Les futurs citoyens y apprennent inter alia qu'on peut battre sa femme, qu'il faut tuer les mécréants là où on les rencontre, qu'il ne faut pas choisir ses amis parmi les juifs et les chrétiens.

Avec un peu de chance quelques uns de ces élèves seront mauvais citoyens. A l'instar de certains de leurs aînés pacifiques, qui à propos du massacre des journalistes de Charlie Hebdo, diront en guise d'oraison funèbre, : « Mais quand même ils l'ont bien cherché ! ».

Dans l'échelle des valeurs caricaturer le Prophète est un crime contre l'humanité. En revanche réduire à l'état d'esclave sexuelle des femmes et fillettes chrétiennes ou azidies, n'appelle strictement aucune réaction chez les membres autoproclamés de la communauté humaine la meilleure. Tous sont demeurés aphones.

Le Coran ne peut être enseigné que pris en qualité de document historique, en aucun cas comme un traité d'éthique. Il est à classer comme Mein Kampf avec le même avis à adresser au lecteur.

 

Notre législateur national en permettant de subventionner une école suprématiste fait œuvre de transcendance. O mânes de Sénèque, Il s'est calebassifié(3). C'est une vraie apocoloquintose !

 

 

(1)le sagace rustique est la qualification que les clercs du moyen âge donnaient au justiciable qui feignant l'ignorance de la loi, pensait obtenir du juge une condamnation légère au sujet de l'infraction à lui reprochée. Ici nous faisons allusion à la sagacité des parlementaires ,ignorant la violence de l'islam parce que les mahométans s'avèrent être des électeurs utiles pour la réélection du législateur.

(2)Pourquoi ces trois appellations différentes  de la même divinité? Si Allah n'est que la traduction de Dieu en langue arabe comme Gott l'est en allemand, il n'en demeure pas moins qu'à la lecture respective de chacun des deux fabliaux, le dieu y décrit ne poursuivant ni le même objectif, ni n'ayant  même caractère, ne saurait-être le même cosmocrate. Encore que les thuriféraires de chacune de ces deux religions s'accusassent mutuellement d'hérésie! Une religion qui n'offrirait point la possibilité à ses adeptes de  piller, de violer, de rançonner ou de tuer les mécréants  pour la plus grande gloire du dieu, disparaîtrait  pour cause d'asthénie congénitale.  Historiquement en effet les religions ne sont qu'une charlatanerie  par laquelle la classe dirigeante  assoit son pouvoir sur  la masse des dominés. Ceux-ci recevant à l'occasion licence  pour  prix de sa subjugation de se livrer au brigandage et au massacre des non-coreligionnaires. Dès lors que les droits du citoyen ne sont plus déterminés par sa croyance  métaphysique, la religion ne peut plus organiser le brigandage ou l’assassinat des gentils, pour stipendier ses adeptes. Il ne lui reste plus qu'à élire domicile dans la cervelle de ses thuriféraires, et de n'en plus sortir. C'est effectivement  ce  à quoi  elle aboutit en la République laïque. Le christianisme et le judaïsme se sont fait une raison de cette situation, le mahométisme non. Il est demeuré ce qu'il est à l'origine: l'archétype des religions!

(3) néologisme créé par l'auteur de ces lignes à partir du mot calebasse en contemplation de l'oeuvre de Sénèque l 'Apocoloquintose.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA