Jan
17
GUERRE CIVILE ou GUERRE TOUT COURT : J’AI PEUR DE RELIRE MAURICE GARCON

 

Dans son journal au 23 aout 1940 (pp. 151-152).

« « Le désarroi des juifs est effrayant. Au moment de l’avancée allemande, Adhamar, le professeur à la Sorbonne, a échoué à Toulouse avec sa famille. Là, il  a supplié les autorités de lui procurer un avion pour gagner l’Amérique. Il parait que son désarroi et sa véhémence avaient un caractère tragique. Ce grand  savant, comblé d’honneurs, n’imaginait pas que l’on put lui refuser quelque chose. Il se roulait par terre. Il voulait le passage pour douze personnes. Toute une tribu ! On ne voulut rien entendre. Aujourd’hui, il est toujours là-bas  avec les siens. Il n’a plus le sou  et vit dans une baraque. On voit le matin madame Adhamar faire son marché  et prendre la queue à la porte des fournisseurs. » »

Commentaires

On parait censurer mon ami Pierre DOYEN, qui n’a pas pu  me commenter avec le texte ci-dessous.

 

« « C'est à l'évidence au savant mathématicien Jacques HADAMARD auquel vous faites allusion.

« « Car AHDAMAR comme savant français est inconnu dans le sérail.

« « Jacques HADAMARD a pu rejoindre en 1940 les USA, non pas  du fait des bontés de l'administration gauloise, mais par l'intervention d'un journaliste étatsunien désireux de prendre en charge les intellectuels persécutés par le nazisme.

« « Le journaliste dont s'agit est Varian FRY.

« « Il a permis à quelque deux mille intellectuels célèbres, entre autre  Hannah ARENDT, d'émigrer aux USA. Ensuite 1944 Jacques HADAMARD fut de retour en France à  et Paris, où il  mourut en 1963. » »

 

    -------------------------------------------------------------------------------------------

Ce qui me permet de commenter à mon tour. Car Varian FRY a organisé  plusieurs milliers de départs d’intellectuels juifs pendant l’occupation, au départ de MARSEILLE.

Il y était installé dans l' appartement d’un immeuble au 60 rue Grignan, presque en face de l’actuelle maison de l’avocat. En allant et venant à mon cabinet situé à un angle de la rue Grignan, je passe plusieurs fois par jour devant la plaque commémorative de ce FRY-là.

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA