Jul
29
IDENTITE NATIONALE : OUI, ORBAN A RAISON

Le président hongrois a accusé l'Union européenne d'être « inefficace et incapable de défendre l'Europe contre l'immigration », dans un  récent discours en Roumanie.

Il cherche manifestement à étendre le périmètre déjà important  du groupe de VISEGRAD.

Et il a également raison.

Viktor ORBAN  s'est attaqué une nouvelle fois aux institutions européennes, désignant la Commission européenne comme un « symbole de l'échec ».

Nouvel épisode des relations tumultueuses entre l'UE et BUDAPEST, la Commission de BRUXELLES a décidé le 19 juillet de former un recours contre la Hongrie devant la Cour de justice de l'UE (CJUE) à propos de lois controversées sur les migrants.

Le chef du gouvernement hongrois a donné sa propre définition de la « démocratie chrétienne », précisant qu'elle était « anti-migrant, anti-multiculturelle et qu'elle se bat pour le modèle de la famille chrétienne ».

Il veut mettre un terme à l’afflux islamique.

Le plus étonnant est son réalisme, non seulement à l’égard de la Russie, mais aussi de la Turquie, du président ERDOGAN, de l’Egypte et aussi d’Israël dont on sait les liens plus que cordiaux qu’il a avec son premier ministre.

C’est surtout la phrase suivante qui est capitale.

 « Aujourd'hui, la sécurité du bassin des Carpates et de l'Europe repose sur la stabilité en Turquie, en Israël et en Égypte, car ils peuvent mettre un terme à l'afflux de musulmans ».

Nous qui avons eu en France un premier ministre arménienne (Edouard BALLADUR) et  un président  de la République d’origine hongroise, nous ne pouvons que regretter qu’ils n’aient  pas été en leur temps aussi lucides ou plus exactement courageux.

La suite on la connait.

 

 

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA