Sep
27
IDENTITE NATIONALE : QUAND HENRY DE MONTHERLANT PARLAIT DE BAB EL OUED EN ALGERIE FRANCAISE

 

« « Bab-el-Oued, faubourg d’Alger, espagnol surtout.

Bab-el-Oued, en aout, à sept heures du soir, comme un décor de théâtre dans une atmosphère  d’étuve, une symphonie de noirs et de blancs, si purement espagnole, si différente de celles des faubourgs marseillais ou italiens : blancs des lumières électriques, des chemises des hommes (tous en corps de chemise), des vêtements des jeunes filles, noirs des prunelles et des cheveux, des vêtements des femmes, et les peux sombres. Les femmes, les nuits féminines, vêtues de blanc ou de noir, à la lourde bouche ourlée de noir, aux yeux entourés d’un véritable halo d’ombre. Les hommes élégants et propres au sourire doré, au corps svelte et dru, aux muscles petits, aux pieds petits, aux mains petites, à la jambe courte dt grêle. Un peuple en espadrilles, qui va sans faire de bruit.

A Bab-el-Ouest, on est espagnol, italien –naturalisé ou non- français du Midi, ou croisé de ces trois races. Peu d’Arabes. Peu de Juifs. Plus de loques ni d’épaisseurs. Tout reste net, fin et frais. Si fin, si net, si frais que l’idée ne viendrait pas d’appeler des gens des prolétaires (…)

Six visages sur dix sont ravissants. Comme c’est agréable, que la plus jolie race que je connaissance soit –tant bien que mal- française (…). » »

 

Bab-el-Oued, j’y suis né, à la maternité de l’avenue Durando, et j’y ai vécu jusqu’à 15 ans, au 5 avenue des Consulats, dans l’artère qui menait à l’hôpital militaire Maillot, installé dans l’ancienne résidence d’été du bey turc Hassan d’Alger.

Belle  collections de pavillons d’architecture ottomane.

J’ai eu la chance de me balader dans ces jardins là (le père de camarades de lycée y était chirurgien).

Ces crétins ont changé le nom illustre du docteur  Maillot,  grand combattant et vainqueur du paludisme, dont le travail sera repris plus tard par le docteur Laveran qui eut,  lui,  le prix Nobel de Médecine,  par celui d’un obscur médecin algérien,  ayant parait-il  combattu vaguement les Français.

Les cons ne sont donc pas qu’en France.

Aux dernières nouvelles, on l’appelle C.H.U. de Bab-el-Oued.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA