Feb
01
JUSTICE : JE DENONCE UN SCANDALE

Oh un tout petit scandale.

Celui de l’absence de main courantes   sur les murs de chaque coté des escaliers extérieurs des deux bâtiments des  tribunaux correctionnel et de commerce de Marseille. Le risque est tout simplement de tomber, car la pierre est celle de Cassis, connue comme glissante, surtout quand il pleut tandis qu’on ne peut pas se rattraper.

Ce sont les règles au surplus obligatoires de sécurité dont les responsables de ces bâtiments publics ne tiennent pas compte.

J’ai bien protesté voici deux ans par écrit. Le président du Tribunal de commerce m’a écrit pour me dire que ça concernait (exact) l’administration judiciaire,  sous contrôle du président du Tribunal de grande instance, qui m’a répondu aussi qu’il s’en occupait. Aucune suite n’a cependant été donnée.

La faute de l’administration judiciaire est acquise.

Et qu’on ne vienne pas me dire, j’ai lu le rapport de la Cour des comptes,  sur le fonctionnement de la juridiction judiciaire, qu’on ne vienne pas me dire qu’on manque de moyens.

J’économiserai deux lettres et ferai photocopies de ce billet à l’attention des magistrats, l’un  professionnel, l’autre occasionnel,  concernés.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA