Jun
28
JUSTICE : LE JUGE COURAGEUX ET PEUT ETRE LE MAUVAIS AVOCAT

 

Je découvre dans un écrit d’Olivier DUHAMEL cette histoire que jamais l’intéressé ne m’avait dite à l’époque où j’étais à la fois son étudiant et son assistant. Finalement, comme avocat, il n’avait pas eu dans un premier temps tout au moins, la bonne démarche.  

 

A moins qu’il n’ait craint un faux du juge.

 

Il  s’agit du professeur Edmond BERTRAND, qui avait été aussi avocat au barreau de MARSEILLE, et qui fut aussi le maitre de Paul LOMBARD.

1944-1945. Libération.

Le juge PIERUCCI préside une cour chargée de juger les collaborateurs.

Parmi eux, un jeune, sans aucun doute collabo, mais n’ayant pas de sang sur les mains.

Malgré les objections du juge, il est condamné à mort. On n’a pas badiné à cette époque.  

On découvre cependant que le juge PIERUCCI refuse  cependant de signer l’arrêt.

L’avocat du jeune collabo, Edmond BERTRAND, se présente dans son bureau et lui indique son erreur pour qu’il la rectifie.

Le juge PIERUCCI lui répond : « Maître, j’ai fait mon devoir, faites le vôtre. »

L’avocat forme alors un pourvoi en cassation, le gagne, puisque l’arrêt non signé est nul – et le jeune, rejugé en des temps plus calmes, échappe à la peine de mort.

Le juge PIERUCCI fut  radié parait-il et il devint ensuite  avocat.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA