Jun
11
LETTRES DE MON BARREAU : « MARSEILLE CITE DU DROIT ... » PENAL.

Il y a de nombreuses années, le bâtonnier du moment avait inventé localement ce slogan idiot, dont il faisait alors la devise du barreau de la ville : « Marseille, cité du droit ».

Il n'avait pas, le bougre, indiqué de quel droit il parlait.

Aujourd'hui on sait, même au barreau.

Marseille est en effet la cité spéciale du droit pénal. (1)

Présomption d'innocence comprise.

En ce lendemain d'élection législative, 1er tour, faisons le point.

A gauche, un sénateur, président du Conseil général, en examen, et attention pas de la pacotille en accusations, détournements, abus, faux, etc. Son immunité parlementaire est d'ailleurs levée.

A gauche encore, une députée sortante. Plutôt sympathique, puisqu'elle a comme suppléant un Arménien. Là encore, une mise en examen (contre la députée, le suppléant n'y est pour rien), renvoi en correctionnelle pour faux et abus dans des histoires de subventions et détournements divers et variés. Investiture socialiste levée (elle a d'ailleurs dit qu'elle s'en fout). Arrivée hier deuxième derrière le candidat du Front national dans sa circonscription. La troisième qui n'a rien à voir, comme le premier d'ailleurs, est l'épouse d'un membre du conseil de l'ordre.

A droite, dans les affaires de marchés d'avocats et d'H.L.M. Un fils de sénateur inquiété. Je n'ai pas d'informations plus complètes.

Et encore, un ancien conseiller municipal important en examen, de même que l'épouse d'un député sortant par ailleurs ancien ministre, candidat au 2ème tour des législatives contre un ministre en exercice. L'intéressé est associé en affaires à l'ancien président du Tribunal de commerce de Marseille (qui n'y est pour rien).

Que ceux que j'ai oubliés veuillent bien me pardonner.

--------------------------------

(1) Je salue au passage son procureur de la République, Monsieur Jacques DALLEST qui l'avait suggéré avant moi.

Mots-clés: 

Commentaires

J'ai exprimé mon point de vue ailleurs.

Veuillez par ailleurs consulter l'art. 434-5 du Code pénal.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA