Jun
27
LETTRES DE MON BARREAU : NOS ELUS VONT ETRE PAYES

Il y avait déjà le bâtonnier à payer. J'ignore combien.

Il y avait aussi les subventions aux syndicats d'avocats et aux associations diverses et variées. En partant des P.V. des délibérations désormais en ligne, du conseil de l'ordre, on peut calculer facilement pour combien. On doit avoisiner les 100.000 € l'an. J'ai tout attaqué.

Voici que je découvre maintenant dans une délibération du 11 juin, qu'on va également payer certains membres du conseil de l'ordre pour s'occuper de déontologie (Dieu comme on aime ça) et aussi de la commission d'accès au droit.

1.000 euros par mois et par membre du conseil de l'ordre choisi. Ouf, ils ne seront que deux. C'est voté.

Dans le même temps, je suppose que les recettes stagnent, car il existe des confrères qui ne paient plus leurs cotisations. Ce n'est pas grave. La CARPA a des réserves. Après nous, le déluge.

Revenons au vote du financement des deux élus : proprement irréel, quand on vous explique que les fonctions correspondantes prennent du temps. Et qu'il faut les rémunérer. Ah bon.

Mais qui donc vous a-t-il obligé à vous présenter aux élections et à être élu ? Personne. Si vous ne tenez pas la fonction, démissionnez.

Petit à petit, l'organe crée ainsi la fonction, il m'avait bien averti le professeur Edmond BERTRAND quand j'étais étudiant.

Et ce n'est pas tout.

On avait convoqué au conseil de l'ordre les représentants des syndicats pour leur parler de ce projet de rémunération. Ainsi donc, voici que ces gens là sont dans la gouvernance locale.

Le plus amusant est qu'ils se sont opposés à la rémunération, rappelant que la fonction est gratuite.

Remarquez que c'est logique. Parce que si on rémunère les membres du conseil de l'ordre, il n'y aura bientôt plus rien pour financer les syndicalistes. Donc eux.

Oui mais, si les membres du conseil de l'ordre financent les syndicalistes, il faudrait au moins que ceux-ci remercient ceux-là en approuvant leur rémunération.

Ces syndicalistes sont des égoïstes, sans coeur. Il est finalement heureux qu'on ne m'ait pas élu au conseil de l'ordre. J'aurais pris un et même plusieurs coups de sang. Voilà.

Commentaires

avec des gros moyens et vous pouvez donc allègrement payer toutes les fonctions.

Paris a su montrer l'exemple et la presse "bien informée" s'est fait l'écho de certaines dérives !

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Les mandats ordinaux sont gratuits. Si un élu se fait attribuer une rémunération, il viole la loi. Il devrait s'exposer à être poursuivi pour prise illégale d'intérêts.

Pour qu'un oligarque fasse l'objet d'une poursuite pénale, il lui faudrait avoir commis un quelconque crime, tel le viol d'une centenaire sur la voie publique! Sinon il ne se passe rien. Seul l'avocat béotien critiquant le comportement, se voit soumis au droit du knout pour avoir mal parlé, manqué de modération ou de confraternité.

Le barreau échappe à l'ordre juridique de l'Etat. Il est sur le territoire de la République comme l'était un alleu souverain sur celui du royaume de France au moyen âge. Il y avait les lois du roi, les lois de l'alleutier.

L'avocat poursuivant en annulation pour excès de pouvoir, une délibération ordinale, s'exposerait à un retour de flamme, en sa traduction devant le Conseil régional de discipline du chef de délit d'offense ou d'outrage à bâtonnier. C'est selon les préférences sémantiques du porteur de bâton.

Cela donne le plus souvent à l'avocat l'impression, non de vivre dans un Etat de droit mais dans une satrapie.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA