Nov
15
LETTRES DE MON BARREAU : LE CULOT DES BLASONS TERNIS (au pluriel)

 

Décidemment, quelque chose ne tourne VRAIMENT pas rond  du tout  chez nous.

N’étant surtout pas élu, ni investisseur dans des opérations publiques, je suis bien à l’aise.

On parle encore ici  des effondrements marseillais et des morts correspondants.

Voici maintenant que c’est au tour d’une autre élue municipale et régionale de devoir partir. De surplus, elle est proche de la famille.

Et il y a MARSEILLE HABITAT.

Aie, élus locaux  et avocats locaux.

Il y avait eu voici quelques années déjà une affaire,  évidemment enterrée malgré plainte,   avec un juge d’instruction, d’un organisme national  et de contrôle des opérations de logements sociaux,  mettant en cause une proche  de Monsieur Renaud MUSELIER, président (LR) du conseil régional Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur. Là, on parlait de favoritisme au bénéfice de certains avocats bien comme il faut  dans des marchés publics de justice.

Alors voilà, il parait que notre barreau met maintenant  en place un téléphone gratuit de 400 confrères (qui sont-ils au juste ?) chargés d’aider les victimes des affaires de famille.

Les donneurs de leçons  locaux de vertueuse morale politique ont tous les culots, c’est vrai.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA