Jun
12
LETTRES DE MON BARREAU : LE SPECTACLE N’EST PAS PAREIL A MARSEILLE ET A PARIS

LETTRES DE MON BARREAU : LE SPECTACLE N’EST PAS PAREIL A MARSEILLE ET A PARIS

 

Le barreau de Paris a son « Palais musical » avec son festival,  au moins annuel, beau comité des fêtes, qui sait même coller à l’actualité, puisque l’an dernier, centenaire du génocide  de 1915, on avait eu la délicatesse de mettre à l’honneur la musique arménienne.

Voici  que je reçois hier,  pour cette année, son invitation à plusieurs concerts symphoniques ou  de musique de chambre, en 1ère chambre de la cour d’appel de Paris, ou à la maison du barreau.

Voici quelques jours, j’ai reçu l’invitation du bâtonnier à la revue de notre barreau de Marseille, avec une affiche appelée clairement « les Parrains »,  sous la direction d’un confrère dont on peut et doit-on mettre en cause l’intégrité mentale, y compris si on prétend faire de l’humour,  photomontage de tous les bâtonnier et anciens bâtonniers, en posture de chefs mafieux, y compris pour deux ou trois  portant chapeaux genre Borsalino idoines, sur le thème de la Maffia,  avec avertissement compris.

C’est sûr que, sur ce coup au moins,  le barreau de Paris et celui de Marseille  ne jouent  pas  dans la même division, pas certain  non plus que ce soit le même jeu.

Et ce billet  est officiellement hors   de la guérilla urbaine marseillaise, dernier exemple hier, encore que. On y reviendra.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA