Nov
02
LETTRES DE MON BARREAU : MARSEILLE A LA TRAINE

 

Je parle de numérique.

La France entière des avocats avait découvert,  il y  a sept ans,  le combat du barreau de MARSEILLE,   à l’époque sous la direction du bâtonnier MATTEI, et avec l’impulsion de quelques rarissimes confrères, les doigts d’une seule  main,  dont je suis fier d’avoir été, pour  être en avance  dans l’introduction du numérique et notre vie professionnelle.

Las, un conseil de l’ordre rétrograde avait alors torpillé nos efforts, et les bâtonniers suivants avaient  sonné la retraite. Piteusement.

Le pire est qu’on n’essaie même pas maintenant  de profiter,  comme d’autres,  des avancées nées cet été  de la loi MACRON.

Un tout petit exemple : pour appliquer le système de la multipostulation de première instance dans le ressort de la cour d’appel, nous avons accès aux dossiers par le R.P.V.A., en ligne.

J’ai eu  la curiosité de comparer les possibilités ouvertes aux confrères par le  R.P.V.A. pour placer au rôle les affaires nouvelles dans chacun des  huit tribunaux du ressort. Apparemment, AIX-EN-PROVENCE, DIGNE, DRAGUIGNAN, GRASSE, NICE, TOULON le permettent.

Seuls deux tribunaux ne le permettent pas.  TARASCON  et … MARSEILLE.

Je suis franchement  désolé pour les sympathiques confrères de TARASCON,  mais j’avais rêvé de quelque chose de plus grand pour MARSEILLE.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA