Jul
18
LETTRES DE MON BARREAU : PETITES NOUVELLES DU CULTE DE LA PEERSONNALITE BATONNALE

 

Le dernier  journal du barreau de MARSEILLE, dont la batonnière est rédactrice en chef,  en ligne sur le site Internet du susdit, comporte la reproduction des  68 pages de papier glacé en couleur,  imprimé et distribué  par l’excellente  maison RICCOBONO,  que j’ai plaisir à saluer ici au passage.

Son titre dans le coup "Les avocats dans le défi numérique", on est toujours dans le défi de quelque chose, non ?

Cependant, il   fait immanquablement penser aux publications dictatoriales habituelles, sauf qu’on a ici justement  le papier glacé et la couleur.  STALINE et CEAUCESCU  sont morts,  et c’est  certes plus sympathique qu’en Corée du nord. On fait ici  dans le genre bling bling. Publicité rédactionnelle. En couleur.

On  y voit en effet la photo de la bâtonnière du moment  un nombre inouï de fois : c’est  un vrai culte de la personnalité version moderne du vieux MAO TSE TOUNG (1) et non sa dernière épouse,  la vilaine Jiang QING,   d’ailleurs plus discrète.

J’ai compté les photos en question, pages 1, 3, 24, 29, 30 (deux fois sur la même page) 33, 42 (deux fois sur la même page  y compris en famille), 44, 48 (trois fois sur la meme page), 49 (deux fois sur la même page), 50 (deux fois sur la même page) 51, 53, 54 (trois fois sur la même page), 55 (quatre fois sur la même page), 56 (deux  fois sur la même page),  57 (trois fois sur la même page), 58 (quatre  fois sur la même page),  59 (deux fois sur la même page).

Diantre.

  1. Dommage, moi je n’ai connu MAO TSE TOUNG que mort, pour avoir  vu à PEKIN son coté droit embaumé sous verre.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA