May
09
LETTRES DE MON BARREAU : QUAND ON ME COPIE SUR LE THEME DE LA ROBE ET BLOG AVOCATS

Je reçois l’invitation parrainée par la bâtonnière d’un « club des avocats publicistes » pour assister le 30 mai courant à la  conférence de la présidente du Tribunal administratif de Marseille, sur le thème  de la robe et du magistrat administratif.

On précise,  prudemment par les temps qui courent, que chacun paiera sa consommation et ses tapas. Curieux au demeurant les tapas dans un bar qui s’appelle  en effet « French comptoir ».

Notre barreau  est  décidemment impayable.

Passionnant, mais je rappelle que j’ai traité le sujet les 13 et  15 janvier 2017.

Avec la reproduction intégrale  du discours en 1936  d’un avocat général du nom de LYON CAEN,  qui se passionnait plus sur le port de la robe que sur  le réarmement de l’Allemagne nazie .

C’est dommage, car son long discours se résumait de la formule de notre ami Jean de la FONTAINE, « d’un magistrat ignorant, c’est la robe qu’on salue. » Tiens, lui est mort et on ne peut plus le poursuivre…

J’ajoute que j’ai toujours dans mes cartons la position d’une Q.P.C.  sur le 3ème alinéa de l’art. 3 de la loi de 1971 quant aux  avocats et leurs robes.

Celle-là, il va falloir que je m’amuse à la poser d’ici à la fin de ma carrière. Le texte est prêt.

La veille du 30 mai, mon impayable barreau continuera de me poursuivre en correctionnelle,  pour avoir écrit ici voici quelques années,  que son délégué à la culture était un abruti et que lui-même bâtonnier du moment en tète était raciste à la cause arménienne. Rien n’a changé sauf que nous attendons désormais un arrêt de la chambre criminelle sur mes demandes de dépaysement.

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA