Nov
16
LETTRES DE MON BARREAU : QUE DEGUN AILLE DONC SE FAIRE

 

Il parait,  d’après  une circulaire,  que  le conseil de l’ordre marseillais  a décidé d’apporter son soutien à l’opération « dégun sans stage »,  qui aiderait,  nous dit-on,  les collégiens  mais seulement ceux issus des 3ème issus de quartiers difficiles,  à trouver des stages en entreprises. Du coup, notre ineffable bâtonnière fait passer le mot et nous invite à rejoindre le défi, comme si on n’avait pas déjà autre  à faire en matière de défi pour sauver une profession, qui se suicide. Ici, l’appel n’est plus ici sur du papier glacé en couleur, c’est un message de courrier électronique, c’est moins cher. Ouf.

Question au passage : les loges maçonniques, par exemple le Grand Orient, participent-elles à cette belle œuvre  sociale ?

Il parait en tout cas que par manque de réseau ( ???) des « jeunes » de 3ème, venus de collèges d’éducation prioritaire (autrement dit de machins pourris)  peineraient à trouver un stage de qualité en plus  dans des entreprises, et que ce serait  au barreau de s’en charger.

Dites- donc, ne marcheriez  vous pas sur la tète.

Le conseil de l’ordre n’est pas celui de l’administration de certaines assistantes sociales, dont la bâtonnière du moment serait le chef.  Si vos voulez faire de la politique, faites en, mais ne mêlez pas la profession à cette affaire.

La question de l’égalité des chances ne concerne pas les confrères,  sauf  à la rigueur quand ils se lancent en politique. Remarquez, on dit que certains élus en profiteraient alors  pour faire des affaires immobilières pas bien jolies-jolies à ce qu’il parait.

« Dégun » d’après le dictionnaire du marseillais de mon ami le professeur Jean CHELINI,   cà veut dire «  personne », et pas une personne (déterminée).

Ainsi, traduction de mon titre en français : que personne aille se faire. Ce qui n’a aucun sens. Mais je me suis mis dans le coup. Je suis.  Le temps de trouver ce que ça voudrait dire,  ils  ne seront plus en âge de chercher un stage.

Maintenant, il a bien la solution,  mais ils sont mineurs, ces faux stagiaires à qui on ferait mieux d’apprendre au moins le français, pour autant que leurs enseignants le sachent, on pourrait les inviter au beaujolais nouveau organisé le lundi soir 19 novembre à la maison de l’avocat. L’ennui, c’est que le vin, donc l’alcool, et le saucisson ne correspondent pas. Aie.

Sans compter que la remise du Mérite à la bâtonnière,  par le maire Jean-Claude GAUDIUN, prévue hier soir, sera sans doute aussi décalée. C’est que le maire a bien d’autres soucis lui aussi que les stages des 3èmes.

En quittant pour le parquet général de Chambéry celui  de Marseille, Jacques DALLEST avait écrit,  et m’avait même écrit,  que Marseille est un volcan. L’éruption n’est pas pour demain. Par contre, les solfatares….

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA