Sep
08
LIBERTE D’EXPRESSION : RACISTE, XENOPHOBE, OU EST DONC L’INJURE ?

 

Voici que Monsieur MELANCHON, sait-on jamais peut etre un jour maire de Marseille,  puisque le Front national et les autres  lui auront  offert la ville, vient d’y déclarer que le président de la République est xénophobe.

MELANCHON ne parait pas xénophobe. En tout cas, MACRON ne l’est surement pas, malheureusement peut etre.

Mais le sujet n’est pas là.  Il est de connaitre  la portée du terme employé.

Paul ROBERT (dont je veux bien admettre qu’il aurait été  raciste, puisqu’il  était pied noir,  comme je le suis, allons y) disait jadis  dans son dictionnaire, à propos de l’usage des mots correspondants employés comme adjectifs : « Xénophobe : hostile aux étrangers, à tout ce qui vient de l’étranger ».

Il n’y a pas ici de quoi casser trois pattes à un canard. D’autant que « raciste », c’est pareil.

Raciste, maintenant : « Propre au racisme, inspiré par le racisme ».

Le même de dire que le racisme est la théorie de la hiérarchie des races, qui conclut à la nécessité de préserver la race dite supérieure. On n’est pas sur que le mot ait aujourd’hui le même sens. Le racisme, c’est plus généralement le rejet de l’autre race.

Nulle part, vous ne trouverez ici de notion de violence, même pas de haine.

Or, pour apprécier du caractère injurieux du terme employé, la chambre criminelle de la Cour de cassation dans sa plus récente décision, cassation sans renvoi et donc relaxe, du 9 janvier 2018, N°16-87540,  l’arrêt BOUTIN, dit ceci  (on ne parlait pas de races, mais de personnes homosexuelles) :

« « Mais attendu qu’en statuant ainsi, alors que le propos incriminé, s’il est outrageant, ne contient néanmoins pas, même sous une forme implicite, d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles, la cour d’appel a méconnu le sens et la portée du texte susvisé et du principe ci-dessus énoncé » »

 

 

Bref, pas plus l’avocat marseillais au nom de famille arménien,  qui a écrit que le conseil de son ordre,  bâtonnier en tète étaient racistes à la cause arménienne, que Monsieur MELANCHON (dont je suppose qu’il doit me lire de temps à autre, bienvenue sur la blogosphère), lorsqu’il dit que le président est xénophobe, ne sont injurieux.

 

En  conclusion et encore heureux, tout le monde, il est pas beau, tout le monde il est pas gentil, comme aurait dit le regretté Jean YANNE.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA