Oct
20
LIBERTE : MELENCHON, FILLON, ZEMMOUR ET LES AUTRES

 

L’ami Eric ZEMMOUR prend de la hauteur, comme toujours, et il dit ceci, très justement.

"Jean-Luc MELENCHON s'est toujours mis en scène. Mais le débat est sur le fond.  Le débat, c'est la propension de la machine judiciaire, de plus en plus, à venir s'impliquer dans la vie politique, et à vouloir avoir un rôle de grand manitou, de dispensateur de leçons aux uns et au autres. Je pense que ça a commencé avec FILLON, on ne l'a pas assez dit, il y a eu un putsch médiatico-judiciaire contre FILLON. Ça a continué avec Marine LE PEN et les prétentions grotesques à l'envoyer en asile psychiatrique,  et ça continue avec MELENCHON". 

Le polémiste regrette que "la machine judiciaire [ne devienne] le grand ordonnateur des affaires politiques".

"C'est doublement scandaleux,  si c'est elle qui décide d'elle-même,  ou si elle est le bras armé du pouvoir macroniste", ajoute-t-il, estimant que "l'erreur de MELENCHON, c'est que quand ça s'est passé pour FILLON, il a critiqué FILLON. Il n'a pas crié au scandale".

Quant à moi, j’ajoute à cette liste mon ami Gilbert COLLARD, lui aussi est dans le coup du psychiatrique, et on y même ajouté,  localement,  un dossier d’un  prétendu viol. Sauf que pour ce dernier, dont j’assure que c’est une pure machination,  la délation odieuse  patauge heureusement dans le bricolage provincial.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA