Oct
12
MARSEILLE : ILS SONT TOUS DEVENUS FOUS, MA PAROLE

 

La montée en puissance du FRONT NATIONAL les rend fous, c’est évident.

Alors, ils se déchainent à qui mieux mieux pour montrer qu’ils ne sont pas racistes. Ou que les autres le sont. Comme si ceux d’en face l’étaient…

Par exemple, il y a actuellement à MARSEILLE  au conseil d’arrondissement ou municipal,, le parlement ou le sous-parlement de la ville, un paroxysme de cette situation.

La presse rapporte  qu’une élue municipale aurait   dénoncé au procureur de la République des faits d'incitation à la haine raciale sans doute,  après une altercation avec une élue de droite,  qui l'a plusieurs fois appelée publiquement «Mme Cohen».

C'est l'élue  du Parti dit républicain,  membre de la majorité municipale, du nom de son mari PREZIOSI, prénommée Nora, et d’origine arabe ou kabyle,  qui aurait tenu ces propos. 

Il parait que le  9 septembre, lors d'un conseil d'arrondissement, Mme LEVY-MOZZICONACCI avait posé une question «concernant une délibération de l'adjointe à l'Education». «Je vais répondre à Mme Cohen», avait répondu la conseillère Nora PREZIOSI, répétant à plusieurs reprises ce patronyme comme dans le sketch, puis venant se placer «de façon hostile directement devant elle», relève le courrier adressé au Parquet, daté du 8 octobre, que s'est procuré l'AFP.

«Je suis très choquée qu'une élue de la République ait pu stigmatiser une autre élue dans un silence complice», a expliqué à l'AFP la conseillère municipale socialiste.

On dit que plusieurs personnes qui ont assisté à cet échange, ont témoigné en faveur de l'élue socialiste.

Médecin généticien et enseignante-chercheuse à l'université de Méditerranée, Mme LEVY MOZZICONACCI - s'est engagée en politique lors des dernières municipales derrière la tête de liste PS, Patrick MENNUCCI.

«Sur le plan humain, je comprends l'émotion de Mme LEVY-MOZZICONACCI,  mais je déplore l'instrumentalisation politicienne et médiatique qui en est faite», a déclaré à l'AFP le maire de secteur  qui  présidait le conseil d'arrondissement.

En tout cas, lors de la campagne des municipales, une affiche de Mme LEVY-MOZZICONACCI avait été taguée. Le visage de l'élue avait été affublé d'une longue barbe et de papillotes, à l'image d'un juif orthodoxe.

Je m’apprêtais à faire un commentaire un peu amusé, oui parce que dans la tradition juive, un COHEN, c’est  comme un LEVY  du moins quand on fréquente un peu les synagogues, pour la lecture de la Torah,  ce qu’on appelle encore la montée à la Torah. Ils sont des pratiquants  privilégiés en religion.

Mais j’imagine que la dénonciatrice ne fréquente pas les synagogues.

Moi qui possède  une gouttelette  de sang juif du coté  COHEN,  je découvre ce matin, toujours dans la presse, le président ou l’ancien président du CONSEIL REPRESENTATIF DES INSTITUTIONS JUIVES DE FRANCE, lui  qui m’avait un jour traité de nazi – juste moi …-  prend parti pour la dénonciatrice et contre la victime.  Qui parait juive.

Vous avez compris qu’on n’y comprend plus rien du tout.

Ils sont tous devenus fous.

Et vous allez voir que dans cinq minutes, ce sera la faute de Marine LE PEN et de ses amis, qui n’ont pas ouvert la bouche et regardent ahuris ce déferlement,  tout au plus digne d’échange entre poissonnières.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA