Aug
08
MARSEILLE : POUR UN INSTITUT MARSEILLAIS DU CRIME

 

 

Je retrouve un billet que j’écrivais en 2012 ici sur la blogosphère.

 

Rien n’a changé. C’est pire. On flngue, il parait que c'est entre dealers. La police est dépassée, le parquet ne peut que compter les points. Pardon, les morts, Apparemment, il n'y a pas de victime collatérale.

Je me cite, ne varietur.

Nicolas CANTELOUP imite à merveille notre impayable sénateur maire Jean-Claude GAUDIN, actuellement en voyage hors la ville, pour aller apporter sa repentance à la mémoire des esclaves africains.

Voyage stupide s'il en est : à la différence des Nantais et des Américains, les Marseillais n'ont jamais trafiqué les esclaves. La Méditerranée était d'ailleurs trop dangereuse à cause des pirates algériens.

Alors CANTELOUP imagine ce soir sur T.F. 1 un Centre marseillais de formation au grand banditisme, auquel on accéderait sur titre. C'est-à-dire sur casier judiciaire fourni.

Ou encore un "Institut du monde criminel"

L'humour noir, c'est la politesse du désespoir.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA