Dec
31
MISCELLANEES : PROPOS ICONOCLASTES SUR LA CRISE IVORIENNE

Je ne sais pas pourquoi, j'ai toujours eu de la sympathie pour la Cote d'Ivoire. Peut-être parce que j'aime beaucoup le chocolat et que sans la Cote d'Ivoire, le chocolat ne serait pas ce qu'il est, et suivant la formule du général, le monde ce que nous savons. Je m'intéresse donc à ce qui s'y passe.

Ce que je comprends, mais j'ai du mal, parce que les media ne disent pas tout, c'est qu'il y a là -bas un nord islamique et un sud chrétien, un président chrétien au sud et un président non chrétien au nord. Puisque le choix des mots doit être soigneux. Pour compliquer les choses, mais finalement est-ce si compliqué que cela, voici que les « puissances » occidentales soutiennent le président du nord, dit-on légalement élu, contre le président du sud, qui ne veut pas accepter qu'il n'aurait pas été élu. Bien que légalement proclamé.

Voyez encore comme je suis prudent. Encore plus compliqué - vous allez voir que je reste dans le strict périmètre du blog des avocats- voici que deux confrères, et pas des moindres mon capitaine, sont à ABIDJAN ou y sont allés ou vont y retourner.

Roland DUMAS et Jacques VERGES. Du beau linge. Ancien, coton ou lin première catégorie, et solide.

Mais alors dans le camp du sud, là on ne comprend plus.

Surtout quand VERGES défend GBAGBO contre OUATARRA, au nom : A. de l'indépendance de la Cote d'Ivoire à l'égard de l'ancienne puissance coloniale et de la limitation du pouvoir des juges de paix français (comme il a raison le bougre) ; B. de ce que la Cote d'Ivoire a passé de beaux contrats avec des entreprises françaises (comme il a raison le bougre, mais pardon, on ne suit plus, lui qui défend ainsi le grand capital international et français censé distribuer les commissions...

Permettez alors à un modeste avocat inconnu vieillissant et même pas vraiment marseillais (ce qui n'arrange rien) deux conseils. Connaissant personnellement les deux personnages que je cite, je puis m'engager :

1°. Que OUATARA fasse vite appel à notre confrère et ami Gilbert COLLARD (oui, pour équilibrer le coup).

2°. Contre réaction, à moins que le personnage soit déjà occupé, ou totalement désamorcé, que GBAGBO fasse appel au célèbre professeur Charles DEBBASCH, qui retraité de la fonction publique française, a à la fois un casier judiciaire un peu rempli, mais on s'en fout, n'est-il pas vrai, et surtout un talent de rédacteur de constitutions en tout genre. Il peut se déplacer librement, lui qui est ambassadeur itinérant de la puissante république du TOGO. Alors Charles DEBBASCH va vous trouver la solution. A ce sujet, je n'ai pas trouvé moi (mais je n'ai été que son étudiant) dans la constitution ivoirienne de 2000 l'équivalent de notre célèbre article 16. Si c'est ainsi, mais quel con a donc rédigé cette constitution ? J'espère, et je serais alors bien déçu, que ce n'est pas DEBBASCH.

Et puis une interrogation. Là, je ne connais pas personnellement celui que je cite. Par contre, professionnellement, c'est toute autre chose.

Un certain René MEY, prédicateur français, aujourd'hui au Mexique, certains disent en fuite, propriétaire par ailleurs d'un empire financier et immobilier tout acheté à crédit en France, à travers deux douzaines de sociétés civiles en en faillite, dont les immeubles sont vendus et à vendre aux enchères, se vante d'avoir été le conseiller de GBAGBO dans le temps.

Attention, président GBAGBO, choisissez mieux vos conseillers.

Commentaires

qui nous sont données ne traduisent vraissemblablement pas la complexité du problème dans ses composantes géopolitiques et économiques !

Par ailleurs, ce pays a nécessairement de bons avocats qui ne semblent pas être officiellement consultés !

Nom: 
MEDICIS
Site: 
http://

Je pense effectivement que la situation est complexe et c'est d'ailleurs pour cela que des avocats interviennent.

Peut être faudrait il conseiller au Président Gbagbo de relire Marc Aurèle qui dans ses "Pensées pour moi-même" incite à suivre notre génie intérieur :

"Souviens toi que ton principe directeur devient inexpugnable, lorsque rassemblé sur lui-même, il se contente de ne pas faire ce qu'il ne veut pas, même si la résistance est irraisonnée. Que sera donc lorsqu'il se prononcera sur un objet avec raison et mûr examen ! Voilà pourquoi c'est une citadelle que l'intelligence libérée des passions. L'homme n'a pas de position plus solide où se réfugier et rester désormais imprenable. Qui ne l'a point découvert est un ignorant, et qui l'a découverte, sans s'y réfugier, est un malheureux."

GBAGBO est professeur d'histoire et son épouse a un doctorat de ce genre.

Nom: 
CHAMPS ELYSEES
Site: 
http://

Laurent Gbagbo est un homme relationné et sûrement fortuné !

Qu'il s'entoure d'avocats parisiens, et pas des moindre, est assez séduisant !

Que l'un d'entre eux ait été ministre des Affaires Etrangères et Président du Conseil Constitutionnel sous la Vème République peut apparaître gênant; en effet de la même manière qu'il a conservé son titre de "Ministre" ou de "Président", il continue, au moins dans les esprits, à représenter quelque chose de la France dont on connaît, cependant, la position sur la difficulté, identique d'ailleurs à celle de bien des démocraties et même de la Chine ....!

Vous me direz, fort à propos, que c'est un conseil d'avocat qui a été sollicité et que le mélange des genres ne saurait ici avoir cour; je l'entendrai bien si ne demeurait dans mon esprit l'idée persistante d'un conflit d'intérêts ....!

Que voulez vous, notre époque est assujettie à une médiatisation galopante; la dernière révolution numérique a encore accéléré le processus; dans ce monde de plus en plus rapide, l'écran a détrôné l'écrit et la notoriété, le résultat ....!!!

Je viens de lire quelque part qu'il y a aussi sur place Marcel CECCALDI, avocat de Jean-Marie LE PEN.

Il ratisse large GBAGBO.

Nom: 
MEDICIS
Site: 
http://

Alors en fin lettré qu'il est il doit se souvenir de ce propos de Napoléon :" qu'est ce qui a fait la Révolution ? La vanité. Qu'est ce qui la terminera ? Encore la vanité. La liberté n'est qu'un prétexte."

On voit que l'histoire est une galerie de tableaux où il il ya peu d'originaux et beaucoup de copies...(L'Ancien Régime et la Révolution - Tocqueville)

que TW ...

Encore que je ne dirais pas non.

Dans "Le Monde" d'aujourd'hui, superbe dessin de PLANTU sur le sujet. On voit un GBAGBO, sur un personnage couvert en blanc comme le sont les religieux pratiquants dans l'Islam, et évidemment ensanglanté. Notre GBAGBO avec sa coupe de champagne et une langue de belle mère.

Un triste DUMAS avec sa coupe aussi.

Aussi et surtout un radieux VERGES, cigare et coupe assis dans un fauteil et déclarant "j'ai hésité à venir, j'avais un autre réveillon très tentant en Corée du nord".

Tout est dit

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA