Jul
15
REFORMES : IL FAUT PRIVATISER LA LEGION D’HONNEUR ET LA RENDRE PAYANTE

 

Mon billet est à l’exact moment  de l’annonce de légitimes restrictions budgétaires importantes à l’époque du 14 juillet, visant non seulement l’armée mais aussi la justice, amputée de 160.000.000 € si j’ai bien compris uniquement en budget d’investissement. On pourrait ajouter d’investissement non parisien, puisque la dépense du nouveau Tribunal de grande instance de Paris a été déjà faite. Ce seront donc les provinciaux qui subiront la réduction.

Dans le même temps, on découvre que la première promotion MACRON de légion d’honneur est famélique. Quatre personnages au titre du ministère de la justice, pas un seul magistrat en cette qualité (on a par contre attribué la Légion d’honneur au directeur de l’Ecole nationale de la magistrature). Pas d’avocat non plus. Il  y a bien un avocat décoré, mais à un autre titre,  notre confrère CAZENAVE, mais uniquement parce qu’il a été  le dernier premier ministre.

Question, y –a-t-il un rapport quelconque entre les informations ? Sans doute qu’aussi le budget de la Légion d’honneur pour l’année prochaine sera-t-il réduit.

C’est une chose excellente et on doit en féliciter le nouveau président de la République.

Mieux encore, il faudrait désormais envisager purement et simplement la suppression du budget de la Légion d’honneur qui serait privatisée.

Services publics essentiels, l’eau, l’électricité et le gaz sont bien privatisés, et on va même privatiser des aéroports. Alors, le ruban rouge…

On maintiendrait bien entendu l’institution, mais on ferait payer les attributaires de la décoration à son juste cout, qui serait finalement nul pour la collectivité de ceux qui n’ont pas la décoration.

Voilà qui me rappelle ce que me disait jadis mon père à propos du Nicham Iftikar, décoration créée par le bey de Tunis, sans doute dans l’esprit des décorations payantes   ottomanes ; décoration supprimée à l’indépendance de la Tunisie. Son attribution servait d’argent de poche au bey de Tunis, et ses attributaires devaient payer assez cher. Il parait même –il faut être complet – qu’on en avait au moins un peu pour son argent,  car le bey faisait travailler chaque médaille par des orfèvres tunisiens, avec pierres précieuses ou semi précieuses.

Et puis, il y a eu en Indochine l'ordre du million d'éléphants, qui s'achetait en pîastres.

Bref, je n'invente rien. Je mets au gout du jour.

Revenons à la Légion d’honneur. Le problème sera pour son attribution aux militaires, fonctionnaires et magistrats. Pour les premiers, c’est évident, il faudra trouver une solution de financement autre. Pour les autres, désolé, ce sera le droit commun.

Je rappelle en terminant ce billet la proposition de loi de mon ami et notre confrère  Gilbert COLLARD, toujours député du Gard, tendant à la suppression, en raison du strict respect du à leur indépendance,  des décorations aux magistrats.

On dirait donc que  quelque part,  MACRON lit COLLARD. Et ses amis.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA