Aug
10
REFORMES : A PROPOS DES REGIMES SPECIAUX DE RETRAITE

Le coup de folie de l’ami HUVELIN quant aux 10       réformes à réaliser d’urgence, sauf qu’HUVELIN n’est pas fou, c’est la situation actuelle qui l’est et qui empêche ces réformes là, bref, on évoque la suppression des régimes spéciaux de retaites.

Les régimes spéciaux représentent le quatrième bloc des régimes de la Sécurité sociale aux côtés du régime général, de la Mutualité sociale agricole (MSA) et du Régime social des indépendants (RSI).

Au sein des régimes spéciaux de retraite, se distinguent trois familles :

  • Le régime spécial de la fonction publique (fonctionnaires civils et militaires)
  • Le régime des entreprises et établissements publics
  • Les autres régimes réunis autour d’une profession ou d’une entreprise

Les régimes spéciaux qui couvrent le risque vieillesse sont :

  • Le régime des fonctionnaires,
  • Le régime de la SNCF avec la caisse de prévoyance et de retraite de la SNCF (CPRPSNCF)
  • Le régime des Clercs et employés de Notaire avec la caisse de Retraite et de Prévoyance des Clercs et Employés de Notaires (CRPCEN)
  • Le régime de la RATP avec la caisse de Retraite du Personnel de la RATP (CRP RATP)
  • Le régime des Marins avec l’Établissement National des Invalides de la Marine (ENIM)
  • Le régime EDF-GDF des Industries Electriques et Gazières avec la caisse Nationale des Industries Electriques et Gazières (CNIEG)
  • Le régime des Cultes avec la caisse d’Assurance Vieillesse et Maladie des Cultes (CAVIMAC)
  • Le régime parlementaire du Senat avec la caisse autonome de Sécurité sociale du Sénat (CASS SENAT)
  • Le régime parlementaire de l’Assemblée Nationale avec le Fonds de sécurité sociale de l’Assemblée Nationale (FSS Assemblée nationale)
  • Le régime des Mines avec la caisse des Dépôts et Consignations - Retraites des Mines (CDC)
  • Le régime des ouvriers des établissements industriels de l’Etat avec la caisse des Dépôts et Consignations (CDC)
  • Le régime des agents des collectivités locales avec la caisse des Dépôts et Consignations (CDC)
  • Le régime des personnels de l’Opéra National de Paris avec la caisse de Retraites des Personnels de l’Opéra de Paris
  • Le régime de la Comédie Française
  • Le régime du Port autonome de Bordeaux

Qui sont les bénéficiaires des régimes spéciaux de retraite ?

Les bénéficiaires des régimes spéciaux de retraite sont les affilés et leurs ayants-droit.

Aujourd’hui les régimes spéciaux représenteraient environ :

  • 4,5 millions de pensionnés
  • 4,7 millions de cotisants
  • 3,4 % de la population active

Voici, poste par poste, les effectifs, premier chiffre, et le nombre de pensionnés, deuxième chiffre.

  • Fonctionnaires de l’État et militaires (SRE),

 

2 058 000,

 

2 355 000

  • Fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL),

2 223 000,

1 155 000

  • Ouvriers de l’État (FSPOEIE),

35 772,

103 682

  • SNCF (CPRP-SNCF),

152 678,

270 433

  • IEG (CNIEG),

146 103,

164 895

  • RATP (CRP-RATP),

42 483,

44 316

  • Clercs et employés de notaires (CRPCEN)

47 618,

73 090

  • Marins (ENIM),

20 045,

117 830

  • Banque de France,

12 029,

14 891

  • Mines (CANSSM),

3 401,

303 970

  • Opéra national de Paris (CROP),

1 825,

1 999

  • Comédie-Française
  •  

350, 401

 

 

 

Vous avez compris que c’est dramatiquement tout simple. A l’exception des fonctionnaires territoriaux, tous les régimes spéciaux sont déficitaires.

Ils ont plus de bénéficiaires que de cotisants.

Ce qui s’explique  une fois par  la disparition de l’activité (c’est le cas des Mines), mais le plus souvent par des avantages indus attribués généreusement sur le dos des autres cotisants,  y compris à travers des caisses sérieuses comme la Caisse nationale des barreaux français.  Ou la CARMF des médecins.

Et alors, nous sommes les couillons qui payons par les ponctions qu’on prend sur nos cotisations la retraite des employés de la S.N.C.F. ou de la R.A.T.P.

Le scandale est à son apogée,  que personne ne signale ou dénonce, avec la situation de la caisse des clercs de notaires.

Car son déficit n’est pas surtout couvert par la riche profession des notaires, non chers maitres, mais par la collectivité des autres caisses de retraite sérieuses. Et/ou l’impôt.

La situation n’est pas nouvelle.

Le président MACRON a du travail  sur la planche et on doute fort que l’aide inattendue que lui apporte notre ami HUVELIN, que je relaie  totalement ici, ne fasse pas avancer le schmilblick.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA