Aug
21
SECURITE: A CE TRAIN LA, HITLER AURAIT ETE SIMPLEMENT DERANGE

 

C’est à Marseille ce matin. A la voiture bélier, alors voilà, un quidam Français (n’importe qui de n’importe quelle religion est Français s’il nait en France) dont on se garde bien de communiquer le nom de famille – c’est interdit – tue un piéton dans le 13ème arrondissement, en blesse un autre dans le 11ème arrondissement et finit au Vieux Port. Pour l’instant un mort deux blessés.

Immédiatement, le procureur local déclare que ce n’est pas un attentat. Ah oui, il en sait quoi, il n’a pas ouvert le dossier. Il parait alors que le quidam est un déséquilibré avec toutefois un casier judiciaire chargé. Inconnu au fichier S. Evidemment,  procureur, si vous étiez venu participer à l’université d’été du Front national il y a deux ans,  le séminaire sur la sécurité dirigé par mon ami Gilbert COLLARD, vous auriez appris  ce que vous savez parfaitement d’un colonel de gendarmerie en retraite que les données des fiches S sont systématiquement effacées tous les deux ans. Il suffit donc d’attendre.

Faudra-t-il attendre la guerre civile pour que notre pays se réveille enfin et dénonce l’islam.  Et ses dangers fondamentaux (lire le Coran) avec toutes les dérives possibles.

Vous voulez un superbe exemple de désinformation ? Le maire du 13ème arrondissement de Marseille où a lieu le 1er attentat d’appelle Stéphane RAVIER, il est sénateur Front national. Personne ne l’interroge.

Non, on interroge le maire Républicain du 12ème arrondissement, qui s’appelle aussi RAVIER (coïncidence) mais avec un autre prénom.

Encore heureux que les journalistes citent désormais le procureur avec des guillemets quant au dérangement de l’assassin. Remarquez que sur ce thème là, on pourrait soutenir qu’HITLER aussi n’était pas un assassin,  mais un  fou. Au juste, qui sont les fous ?

Mots-clés: 

Commentaires

Alors voilà, on a laché à un journaliste que l'assassin se prénomme Idriss. Qui historiquement est un prénom typiquement dauphinois.

Par contre, on ne sait rien de la malheureuse victime. Car une femme est morte. Un journaliste a laché qu'elle serait de couleur. 

Aie. L'Arabe contre la Noire ? Mais enfin, à quoi joue-t-on ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA